INTRODUCTION

Dans un bousculement des processus d’interprétation le pianiste Ivan Ilić et l’artiste Gaëtan Robillard - à la recherche d’un langage commun et singulier - s’associent pour donner corps au ressenti d’une charnière du temps. Cet horizon est inspiré en grande partie par des éléments musicaux, littéraires et biographiques, ou cinématographiques, qu’ils cherchent à agencer premièrement par épisodes, afin d’aboutir sur un projet de concert, œuvre performative.

NOTES DES ARTISTES

Gaëtan Robillard :
« Je cherche à faire apparaître une image que je ne connais pas encore, issue du naufrage d’une obsession et dont elle aurait survécu. Comment serait il possible de constituer une image encore inexistante à nos yeux et du moins de s’en rapprocher ? Non de la faire apparaître devant moi seul, mais de provoquer sa co production dans une situation collective où la condensation par l’écoute musicale en est l’appel. D’autres appels existent et c’est à travers des éléments de récits disparates liés à une culture commune que semble pouvoir être distillé l’essence de cette image, elle est relative à un regroupement. (…) L’emploi de la couleur à la fois comme recouvrement d’une image préexistante et comme surface de projection me conduit à penser à une redéfinition du rythme que la pensée donne aux images qui nous entourent. »

Ivan Ilić :
« Pour les non-musiciens la musique est le seul domaine artistique qui communique l'émotion pure, sans faire allusion au langage partagé de l'homme, ou aux objets qui nous entourent. Mais en fait la musique communique des idées aussi précises et concrètes que les mathématiques, avec une force émotionnelle indéniable intégrée dans les fibres de la syntaxe. L'ironie se trouve dans le fait que tout le monde y trouve son compte, en projetant leurs images respectives sur ces vibrations mystérieuses et éphémères ; même (et surtout) ceux qui ne sont pas initiés aux secrets du langage. Ce paradoxe est inhérent à tout langage, une coexistence de l'intention de celui qui communique et la (mé)compréhension de celui qui reçoit le message. Sans nier l'importance d'une clarté du discours, il faut toutefois admettre que souvent la beauté se trouve justement dans ce no man's land où règne le doute, la nuance, et l'ambiguïté. »

NB

Léopold Godowsky au début du XXeme siècle a transposé les études de Chopin pour la main gauche seule. Son fils Godowsky junior, et Léopold Mannes, scientifiques et musiciens accomplis, inventent dans les années 30 la première pellicule couleur grand public, le Kodachrome. Cette pellicule fera surgir une ère d’image s’achevant en 2010 avec la fin du processus de développement du fabricant.

CREDITS

Textes
Titres : Gaëtan Robillard
Sous titres : Manoel de Oliveira (Um filme falado)

Interview
Ivan Ilić questionné par Gaëtan Robillard

Images
Studio (Lyon - ENBA) : Gaëtan Robillard
Au piano (Glasgow - Carbeth Guthrie Estate) : Hammerhead TV

Musique :
La musique est extraite du disque "22 Etudes pour la main gauche seule de Léopold Godowsky", interprétée par Ivan Ilić, avec l'aimable autorisation du label Paraty (France) et Magnatune Records (USA).

Ingénieure du son : Judith Carpentier-Dupont

Remerciements :
Philippe de Boucaud
Dania Reymond
Thomas Baile
Allan Barns Graham
Keir Smart
Carbeth Guthrie Charitable Trust
Pollok House Arts Society
ENBA - Lyon

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…