L’assassinat, le 9 avril 2009, d’Ernest Manirumva, numéro deux de l’OLUCOME, principale association engagée dans la lutte contre la corruption au Burundi, a provoqué un choc dans la société civile burundaise et a inquiété au plus haut point la communauté internationale.
Le Forum pour le renforcement de la société civile, FORSC, a aussitôt mobilisé ses 146 associations membres pour lancer la campagne « Justice pour Ernest Manirumva ». Grâce à leur courage et à leur ténacité, des défenseurs des droits humains comme Pacifique Nininahazwe, délégué général du FORSC, maintiennent à l’agenda politique national et international le cas d’Ernest Manirumva. Parallèlement, les défenseurs développent leurs propres mécanismes de sécurité et protection.
Après les élections de 2010, qui ont renforcé le contrôle du CNDD-FDD sur la plupart des institutions burundaises, l’Union européenne s’est engagée, en étroite collaboration avec les défenseurs burundais, à définir une stratégie locale de protection, en application des Orientations de l’Union sur les défenseurs, priorité de la politique extérieure de l’Union depuis 2004.
Au Burundi, les défenseurs ont la chance de pouvoir compter sur une diplomatie sensible à la question des droits humains, qui prend très au sérieux les menaces que les défenseurs subissent, et agit en conséquence.
Ce documentaire est dédié à la mémoire d’Ernest Manirumva et aux défenseurs des droits humains d’Afrique Centrale, avec l’espoir aussi qu’il encourage dans toute la région l’adoption de politiques de protection susceptibles de mettre un terme aux assassinats, menaces et harcèlement de ceux qui portent la voix des sans voix…

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…