De/by Luc Moullet
(France, 14’, 2010)

En 1993, j’avais tourné TOUJOURS PLUS. Manquait donc le complément indispensable, TOUJOURS MOINS, mon quarantième film. Il évoque en treize minutes l’évolution et l’accroissement, de 1968 à 2010, des dispositifs fondés sur l’informatique, automates, bornes et autres, que l’on retrouve dans tous les domaines. Le but de notre système actuel semble être de n’employer qu’un seul individu par secteur d’activité. On n’en est pas encore là, mais on s’en rapproche… Un monde schizophrénique, puisque, en même temps, les entreprises sont amenées à payer le coût de ces suppressions de façon indirecte. C’est qu’on ne peut laisser sur le pavé des millions d’êtres humains. Un constat à la fois amer et drôle : les moyens de cette réduction perpétuelle sont surprenants, cocasses…

In 1993, I filmed "Toujours plus". The indispensable complement was missing, "Toujours moins ", my fortieth film. It evokes in 13 minutes the development and expansion, from 1968 to 2010, of the devices based on computers, automats, interactive terminals and others that can be found in all areas. The aim of our current system appears to be to employ a single individual in each sector of activity. We are not there yet, but we're getting there... A schizophrenic world, since, at the same time, businesses are having to pay the price of these suppression in an indirect way. We can't leave millions of human beings jobless. An observation that is both bitter and funny: the methods of this perpetual reduction are surprising and comical...

lefresnoy.net

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…