Le projet a été porté deux ans par la compagnie de danse contemporaine agenaise « Hors Champ » qui signe une création de spectacle « Valparaiso sous éclipse ». Un double clin d'œil à l'écrivain Pablo Neruda et à son chorégraphe Camilo Arenas natif de Santiago du Chili exilé à Agen et qui a fondé sa compagnie.

Rôdé au studio de répétition « L'art en mouvement » à Agen et lors de résidences à Villeneuve, Nérac et Marmande qui ont encouragé la démarche artistique, le spectacle soutenu par le conseil général sera présenté demain mardi 24 mai à 20 h 30 au théâtre G.-Leygues coproducteur de l'événement. « Valparaiso sous éclipse » convoque les émotions, les personnalités, les individualités, les fragilités et les forces des quatre interprètes, souligne Camilo Arenas qui s'est mis en scène aux côtés d'Isabelle Avid, Cécile Jouault et Théo Vailly tous issus de compagnies ou de conservatoires réputés et qui ont exploré différentes disciplines. Un travail intérieur et une puissance exprimée dans la danse qui donnent à voir quelque chose de très intime et personnel au final. Camilo explique qu'un voyage au Chili caméra au poing, a constitué la trame de l'histoire : « j'ai filmé des visages, je suis rentré chez des gens et ensuite Jean-Gabriel Tordjman a réalisé un vrai travail de plasticien en collectant ces images et en les projetant sur trois rideaux de 6 m en fonde scène ». Un aspect visuel qui épouse la bande-son créée par le chorégraphe en personne qui a enregistré les bruits de la ville de Valparaiso : « J'invite les spectateurs à réveiller leur imaginaire ». Il évoque une sorte de transe hypnotique associée au mot « éclipse » qui prévaut dans la création en règle générale. Le mobilier utilisé comme décor a été conçu par la Fabrique à Agen et les costumes sont l'œuvre des élèves du LEP Lomet.
Deux ans de préparation ou plutôt de gestation et le chorégraphe agenais d'origine chilienne, Camilo Arenas est prêt. Prêt à porter sur les planches du théâtre villeneuvois Georges-Leygues, mardi 24 mai, son spectacle « Valparaiso sous éclipse ». Deux années qui illustrent parfaitement le propos dansé du chorégraphe et des trois danseurs qui l'accompagnent dans cette aventure. L'aventure de la création. Car c'est bien de ça qu'il s'agit.

Qu'est-ce que la création ? « C'est comme une éclipse qui provoque des bouleversements et des métamorphoses. Il y a d'abord une idée qui jaillit puis on va la modeler sans pour autant savoir vers quel résultat on va tendre », souligne le jeune chorégraphe. Un mot sur une feuille blanche… Une note sur une partition… Une impulsion, un mouvement du corps dans l'espace… Et tout se construit… pas à pas, se remanie, se pense et transpire du créateur. Ici les danseurs subissent les effets de cette éclipse qui bouleverse l'ordre naturel des choses et entraîne des états de corps et des soubresauts de l'âme.

Le chorégraphe chilien a souhaité asseoir son spectacle sur Valparaiso, ville portuaire de son pays, le Chili. « Une ville métissée, confluence de différentes cultures, de différentes architectures. Et puis c'est la ville du poète, prix Nobel de littérature, Pablo Neruda qui lui aussi y a baladé son âme à la recherche de l'inspiration. J'ai pris ma caméra sur l'épaule et suis parti sur ses traces. J'ai filmé Valparaiso, ceux qui l'habitent, ceux qui y passent. J'ai enregistré également les sons qu'elle génère et les paroles de l'océan. »

Tordjman « au pinceau »
Des images qu'il a confiées à Gabriel Tordjman laissant au réalisateur carte blanche pour créer… Créer un décor vidéo « pour prolonger le geste mais également pour créer des zones d'ombre et immortaliser le temps dans l'espace », écrit Tordjman, faisant glisser ses images tel un peintre son pinceau, sur une bande-son où l'on retrouve deux voix : celle de Neruda lui-même et celle de Violetta Parra, chanteuse et plasticienne originaire de Valparaiso.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…