Note d’intention
Documentaire / TRAIT POUR TRAIT

Passionné par l’écriture,
je m’attaque à ce sujet transversal par amour pour le verbe.
L’écriture a été, de tout temps, un enjeu économique et humain capital pour toutes
Société. Elle était réservée à certaines classes privilégiée puis, au fil du temps,
Elle s’est démocratisée, notamment par le biais de l’école. Si les lacunes ne manquent pas dans notre système actuel, l’écriture s’est affranchi de son usage institutionnel : elle s’est adaptée à son monde.

Ancien addicte de la rime urbaine au sein d’un groupe de rap, j’ai pu constater les effets curatifs de l’écriture ainsi que son effet liant. L’écriture emporte ses pratiquants dans une aventure humaine sans fin. Les poètes en herbes deviennent vite le témoin, ou la vigie, du monde qui les entoure tout en se donnant une place dans ce théâtre moderne. L’outil, lui, évolue sans se substituer aux anciens modes d’expressions littéraires.
Des peintures rupestres et aux hiéroglyphes c’est la même rage d’expression contenue dans ses lettres géantes posées sur des murs ou ses réalisations aux pochoirs cachées dans la ville.
Si Les murs ont été de tout temps les témoins du changement, l’informatique a révolutionné le traitement de texte. Alors qu’il fallait à chaque fois renvoyer à l’imprimeur une épreuve corrigée, il ne suffit plus que d’appuyer sur quelques touches pour changer une formule.

La jeunesse, toujours à l’avant-garde, a saisi ces nouveaux modes d’expressions littéraires : il y a une infinité de chemins, dont le slam, pour jouir de la richesse de notre langue. Celle-ci s’enrichit chaque jour de nouvelles expressions ou combinaisons linguistiques. J’ai pu constater l’ampleur du phénomène sur scène, pour avoir filmé de nombreuses heures de sessions ou chaque personne qui prenait le micro gagnait un ticket de consommation ;
Dans les petits cafés de paris ou dans les grandes salles comme la Boule Noire ou le Trabendo. Les micros-ouverts révélaient des graines de talent qui n’avait pas leur langue dans leur poche. La détermination ou le trac, visibles à l’œil nu, témoignaient de l’importance de ces évènements. La plupart du temps, les textes étaient improvisés sur place, sur des thèmes imposés par un jury, dans une ambiance électrique et conviviale. Le vainqueur, désigné à l’applaudimètre, l’emportait souvent par son humour pétri de jeu de mots ou d’histoires folles. Je retrouvais dans ce milieu des sensations collectives que j’avais connu dans mon plaisir personnel : le plaisir de dire mes propres écrits.
D’autre part, on constate un retour de besoin en écrivain public, ces scribes modernes, qui joue un rôle fondamentale dans la cohésion de notre société. Il permet à des gens, exclus du sens des mots, de rester en contact avec les administrations ou avec ses proches.
Si l’école est bien souvent le bouc-émissaire, le chemin vers l’écriture ne s’arrête pas à sa sortie.

La réalisation sera ponctuée de repères historiques et de nombreux lives.
La transversalité du sujet me permettant de passer d’une scène à une autre, en gardant toujours ce fil conducteur de la feuille noircie. Nous suivrons le processus de l’écriture à la scène, mécanisme rarement étudié de si prêt puisqu’il touche à l’intime.
Les activistes et précurseurs, du slam et du graffiti interrogés, seront gage de crédibilité et
de sincérité, ils seront filmés en situation, dans leurs cours et sur scène.

Synopsis

Documentaire «  TRAIT POUR TRAIT »
Thème : l’écriture et ses formes nouvelles.
52 minutes
Viva Cyber

Le rôle de l’écriture dans toute société est central, d’une fonction purement économique,
Compter les bêtes dans le secteur agricole, elle est devenue outil culturel et politique.
La France compte un nombre d’illettrés et d’analphabètes record, pourtant, dans des contextes sociaux difficiles, de nouvelles formes d’écriture ont marqué le paysage culturel de ces 30 dernières années. D’un bout à l’autre du monde, les hommes ont transcrit leur histoire sur la pierre, l’argile, le papyrus ou le papier. Stylet, roseau, poinçon, plume, stylo, bombe ou pochoir, l’outil dicte la forme.

Historique et formes nouvelles d’écriture

Historique

Des premières tablettes de Sumer, aux textes de slam de grand corps malade, ou aux pochoirs poétiques de Miss Tic, l’écriture est un fil conducteur sans fin. Nous nous embarquerons en Mésopotamie ou les hommes inventèrent l’écriture. Cunéiformes, hiéroglyphe égyptiens, calligraphies arables, idéogramme chinois : les scribes consignaient la mémoire des peuples. Nous nous arrêterons chez ses marchands et voyageurs, les phéniciens, au 16 ème siècle avant Jésus-Christ qui inventèrent l’alphabet : ces quelques signes combinés suffisant à exprimer tous les sons d’une langue. Après un saut temporel de plusieurs siècles nous atterrirons dans une imprimerie du 15 ème siècle ou l’histoire de l’écriture se confond avec celle de la typographie. Enfin, nous serons prêts pour ouvrir le chapitre des formes d’écriture moderne, slam, rap et poésie, pochoirs et fresques murales.

L’apprentissage : contexte familial et social.

Elles sont multiples et fusionnent sans cesse depuis une trentaine d’année, au-delà de la genèse de la poésie scandée du Slam ou chantée, le Rap, nous nous intéresserons aux parcours de ces acteurs. Dans une France qui compte 8 pour cent d’illettrés, quel a été le contexte d’apprentissage de nos « stars » actuelles comme grand corps malade ou joe star du groupe mythique NTM ? Issus de contextes sociaux peu propice à la lecture, encore moins à l’écriture : Quel a été le déclic pour noircir la première feuille hors des bancs de l’école ?
Cela demande t il courage, confiance en soi, rage et persistance ? Alain Bentolila,
Professeur de linguistique à la Sorbonne nous éclairera sur toutes ces interrogations.
L’école a-t-elle été pour eux un vecteur de motivation ou un inhibiteur dans ce processus complexe.
Dans un pays ou l’écrit est très valorisé il semble honteux de cacher ses difficultés. Par souci d’objectivité, nous metterons en parallèle ces modèles de réussites avec des personnes en proie à des difficultés. Ils se retrouvent d’ailleurs souvent réunis autour d’une feuille de papier et armés d’un stylo, prêts à en découdre avec une langue riche et complexe.

Les nouvelles formes d’écriture

Ces nouvelles disciplines, pratiquées par des milliers de jeunes effervescents, font évoluer l’écriture, dans sa forme et dans son fond. Alors que le graffiti modernise la typologie à l’infini en remplaçant la plume par la bombe aérosol, le Slam déplace la poésie confinée à des cercles d’aficionados, aux arènes du grand public.

O’clock, grapheur légendaire nous introduira dans ce monde qui transforme la lettre en image,
Le tableau en mur, la signature en obsession.

Miss Tic, artiste contemporaine connue pour ces messages muraux, nous contera l’histoire du pochoir, emblème de la contre-culture des années 70. Elle nous fera une démonstration dans son atelier, armée de ces ciseaux et de ses feuilles géantes.

Les fonctions de l’écriture : vertus et limites

Dans une société du tout-image, qu’apporte de plus l’écriture à ses nouveaux pratiquants ?
A entendre ses bénéficiaires, ses vertus sont multiples :

-vertu exutoire :

Pour soi même et son public, l’écriture est un prisme qui fait la lumière sur nos zones d’ombres et nos orages intérieurs.
Elle permet de transfigurer des périodes ou des évènements noirs de sa vie. Le pouvoir de mettre à distance des éléments douloureux résonne avec la jubilation de faire partager au monde ses joies. L’humour dans les textes de grand corps malade sont de notoriété public dans le monde du slam, il lui a fait remporter de nombreux tournois dont nous étions les témoins privilégiés, bien avant qu’il soit porté au firmament par les grands médias.

-vertu d’évasion :

En libérant l’imagination, l’écriture invente des mondes et des formes de vie qui s’affranchissent de toutes les frontières physiques ou mentales. Ainsi des écrivains de science fiction ont inventé des lois, comme celle de la robotique, qui sont toujours en vigueur
dans le domaine scientifique actuel. L’écriture fait office de passerelle entre imaginaire et réel. Isaac Asimov, père de la science fiction moderne, à l’origine du filme « I robot » avec will smith (lui-même rappeur avant d’être acteur), en est l’exemple phare.

-vertu sur l’estime de soi,

Dans le rap par exemple, l’égo est galvanisé dans des « freestyles » dit « égo trip » ou la vantardise est un remède à tout les maux de cœur ou d’argent. L’écriture devient une compensation virtuelle, en signes, à des besoins vitaux, eux, bien réels. D’autre part, l’écriture intègre socialement. Nombreux sont ceux, par leur talent et leur pugnacité, ont transformé leur passion en travail. Patrick Goujon, jeune écrivain qui sort son troisième roman en est le parfait exemple. Des cités de boissy saint léger aux éditions blanches de Gallimard, son premier livre « Moi, non » incarne à lui seul ce parcours du combattant. Aujourd’hui il vit de l’écriture, grâce aux ventes, aux cours et aux bourses mise en place par l’Etat.

- Limites

L’écriture à tout de même ses limites, limites thématiques liées à un manque de connaissance, ou limites culturelles en rapport avec les tabous en vigueur dans notre société.Limites aussi marketing liés au formatage industriel de ces nouvelles formes de mise en signe de la parole. L’écriture est un miroir de l’environnement direct ou indirect de son auteur. Le procès du groupe de rap « La rumeur » est le parfait exemple de la fonction politique de ses rimes. Dénonçant les violences policières dans ses textes, il fut accusé puis relaxé. Toute vérité est-elle bonne à écrire ?

Les formes d’entrées et d’épanouissement dans l’écriture sont en constante évolution. Si certains considèrent ses nouvelles formes comme des barbarismes, nous tacherons, nous, de les voir comme une chance nouvelle pour la jeunesse et ses mentors, de s’exprimer à travers elle. Sur le territoire de l’écriture, c’est toute l’âme humaine qui s’exprime.Au détour d’un signe, d’une lettre ou d’un slam, l’homme qui écrit est bien l’homme qui lie.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…