L'AFD a organisé avec le Fonds d’Analyse des Sociétés Politiques (FASOPO) et en lien avec le Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (CERI) de Sciences Po Paris une conférence sur ce thème le mercredi 1er février 2012 au siège de l'AFD.

À travers des études de cas portant sur la Tunisie, le Maroc et la Mauritanie, les intervenants ont proposé une analyse en termes d’économie politique du « printemps arabe ».

Alors que les débats se focalisent sur les réformes constitutionnelles, les élections et les transformations politiques, la restitution portera sur les revendications sociales qui ont été sous-jacentes aux revendications politiques : les demandes en matière d’emploi, de niveau de vie, d’intégration dans la société ont-elles été prises en compte ?

Jean-François Bayart, Irene Bono, Béatrice Hibou, Zekeria Ould Ahmed Salem, Boris Samuel et Mohamed Tozy ont présenté les résultats de leurs études, en présence de plusieurs acteurs sociaux maghrébins :

Adnane Hajji, leader de la révolte du Bassin minier de Gafsa en 2008
Ridha Raddaoui, avocat militant des droits de l’Homme
Slim Tissaoui, secrétaire général de la fédération régionale de l’UGTT de Jendouba
Samir Rhabi, l’un des acteurs clefs du soulèvement à Kasserine
Kamal Lahbib, l’un des participants critiques du « Mouvement du 20 février »
Mohamed Soual, conseiller du président de l'OCP

Le séminaire a été introduit par Dov Zerah, directeur général de l’AFD.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…