Quand l'esthétique de la désolation rencontre l'électronique. Ou inversement? En tout cas, loin d'être antinomiques, les deux étaient même faits pour se rencontrer.

Depuis plusieurs semaines, je m'intéresse au phénomène et à l'esthétique dit du "glitch art" (cette esthétique est bien trop protéiforme et les frontières trop poreuses pour pouvoir catégoriser le "glitch", ce qui justifie le recours aux guillemets).

Le glitch art, c'est l'art de créer des dysfonctionnement sur des appareils electroniques provoquant un résultat graphique inattendu.

Plus précisémment des bugs tels qu'ils se présentent dans les logiciels, jeux vidéo, images, vidéos, audio, et d?autres formes de données.

L'intérêt d'exploiter ces bugs est de composer des formes abstraites pour créer un visuel artistique digital. Le glitching est donc un glissement de l'image, une déformation visuelle qui s'apparenterait à un bug de compression vidéo ou encore à un kaléidoscope digital cassé?

Cette galerie regroupe plusieurs de mes images retravaillées au prisme d'un travail de recherches autour du phénomène dit de "glitch art", en essayant de comprendre et de maitriser le coté aléatoire du bugg, en faisant des essais sur toutes sortes de formats de fichiers. J'ai cherché à trouver et comprendre les différentes façons de générer ces buggs ; éditeur hexadécimal, partage de fichiers sur réseaux torrents, erreurs de formats de compressions...

Alors, le "glitch art", électronique de la désolation?

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…