A une vingtaine de kilomètres de Dakar, les vagues de l’Atlantique rythment la vie du paisible village de M’Bao. Ici, on est pêcheurs de père en fils mais le bon vieux temps ou la mer se montrait généreuse est révolu. Et les jeunes ne rêvent plus de pêche miraculeuse. Thiate est le petit dernier d’une famille nombreuse. Depuis toujours, il passe le plus clair de son temps sur la plage, devenu son terrain d’entraînement ! A M’Bao, la côte n’est pas qu’un lieu de pêche et de baignade, c’est ici que se pratique le sport - roi du Sénégal : la lutte !
A 26 ans, Thiate est l’espoir de son village et dans sa chambre, on ne compte plus les trophées.
Pour augmenter encore les chances de terrasser l’adversaire, tous les lutteurs se livrent à des rituels mystiques. Chaque lutteur porte sur lui des amulettes préparées par les marabouts et avant chaque combat, il convient de s'asperger le corps avec des potions magiques.
La lutte Sénégalaise est un sport, mais chaque combat est aussi un spectacle à part entière. Chaque lutteur invente sa propre chorégraphie qu’il effectue en compagnie de ses proches. Au Sénégal, il ne suffit pas de savoir lutter, pour devenir populaire, il faut aussi danser !
seblafont.com/journal/2011/6/27/sous-les-paves-larene.html

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…