En ce début de mois de novembre, au moment où l’hiver s’apprête à nous frapper et où le froid nous accable, les vidéos sauvages font (enfin) leur rentrée et vous propose un petit retour en arrière, direction mi-août, le soleil, les shorts, les bières fraiches et les histoires de vacances.

Août donc, cela faisait longtemps que nous n’avions pas fait de vidéos sauvages et il faut avouer que ça manque rapidement. Cela faisait longtemps aussi que nous voulions en faire une avec Birds are alive. C’est un membre de l’association Pan! qui m’avait parlé la première fois de Romain au détour d’anecdotes savoureuses sur des concerts à l’ambiance bancale dans des rades improbables. En plus d’assurer musicalement le gars avait apparemment beaucoup d’humour sur scène, alternant blagues limites, interventions absurdes et morceaux de blues bien sentis.

Il a même assuré la première partie des blacks keys en 2011 au regretté Olympic ainsi qu’a l’Olympia (carrément!). Bref le genre de gars qui pique la curiosité et comme il se trouvait qu’il jouait le soir même à deux pas, je n’ai pas longtemps hésité à y jeter une oreille. Ces concerts sont scotchant par leur intensité, seul sur scène avec sa guitare électrique devant sa grosse caisse et sa charleston il accroche votre attention avec une facilité déconcertante. Il vous donne l’impression que ce qui se passe est assez unique voire carrément précieux si d’aventure on s’est habitué à la médiocrité de certaines prestations scéniques. Il y a là quelques choses de fiévreux et de spontanée, un truc qui permet à Romain d’imposer le respect tout en cultivant une nonchalance quasi insolente.Bref vous l’aurez compris c’est un gars à voir, ne serait ce qu’une fois, un poisson un peu trop gros pour la marre Nantaise.

Nous sommes passé plusieurs fois durant l’été dans l’atelier de sérigraphie de nos amis de Pan! à Crêpetown, seul réconfort d’un voyage à Nantes finalement aussi fade que démesuré. Ils se sont attelés à la tâche tout l’été, sérigraphiant à prix modiques des t-shirts aux motifs stylés. Romain faisait partie du « crew » et c’est entre deux bières que nous avons décidé de faire sa vidéo sauvage ici.

Le lieu était cool et destiné à disparaitre, l’ambiance tout à fait propice, j’imaginais déjà les gens s’entasser dans cet espace confiné pour profiter de quelques morceaux du bonhomme. C’est finalement le tout dernier jour de Crêpetown qui a été retenu pour faire la vidéo, sur le fil, au tout dernier moment. Pour les quelques chanceux qui était à Crêpetown ce jour là ils ont pu assister à une fermeture de site assez étrange ou quelques loufoques et autres irréductibles s’étaient retrouvés pour s’en mettre une avant la fermeture définitive ce dimanche après midi. Un DJ à perruque passait des chansons, dans un constant grand écart musical, devant une vingtaine de danseurs, le tout dans un élan de liberté infini. La musique nous a empêché de faire la vidéo dans l’atelier, dommage. Nous avons donc profité du beau temps, s’éloignant quelques minutes pour mettre en boite la première vidéo sauvage de la saison.

birdsarealive.fr

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…