Ils ont entre 29 et 36 ans. Nés durant les terribles années de la dictature militaire, en Argentine, ils ont pour certains vécu une enfance normale, pour d’autres plus bancale. Avant d’apprendre un jour un secret d’une incroyable violence : ceux qu’ils avaient toujours considérés comme leurs parents étaient en fait les tortionnaires de leurs véritables pères et mères.

Le régime qui a sévi en Argentine de 1976 à 1983 n’est en effet pas seulement responsable de la mort des 15 000 fusillés et 30 000 « disparus », dont les corps jamais retrouvés ont pour la plupart été abandonnés en haute mer. Dans la tristement célèbre école de la Marine ou au Campo de Mayo, de véritables maternités ont été installées pour « recueillir » les enfants des opposantes politiques enceintes que l’on y torturait. L’idéologie nationale-catholique exigeait, bien entendu, que ces enfants soient confiés à des familles dignes de les élever. Les familles, précisément, des militaires les plus zélés du régime.

On estime à 500 le nombre d’enfants d’opposants politiques nés dans les geôles de la dictature et confiés à des familles de militaires, qui ont supprimé toute trace de leur identité pour leur donner la leur.
Un secret d’Etat peu à peu dévoilé grâce à l’activisme des Grand-mères de la Place de Mai, ces abuelas qui ont inlassablement réclamé la vérité sur les 30 000 disparus de la répression. Au moyen de tests ADN, elles ont permis à ce jour à 105 personnes d’apprendre la vérité sur leurs origines.

Documentaire / Webdocumentaire en développement - 2013

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…