Le symptôme Avatar Avatar, le film de James Cameron (2009), aura été un succès commercial d'une ampleur exceptionnelle, à considérer davantage comme le symptôme d'une certaine société en crise spirituelle, que comme l'expression personnelle d'un créateur, fût-il exceptionnel. Sur cette base, Frank Pierobon, au terme d'une déconstruction très poussée, en extrait l'emblème de notre postmodernité finissante : un Deus ex Fantasma, soit une dérisoire rédemption par le rêve, faute de tout autre salut.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…