Soirée Exceptionnelle : « 15e Monaco en films »

« 15e Monaco en films » - Première Partie :
« À l’Est de Monte-Carlo »
Film de montage réalisé à partir des collections sauvegardées par les Archives Audiovisuelles de Monaco

« 15e Monaco en films » - Seconde partie :
To Catch a Thief - Etats-Unis – 1954 – Couleur – 97 min. – vostf.
Réalisation : Alfred Hitchcock. Scénario : John Michael Hayes, d’après le roman To catch a thief, de David Dodge. Image : Robert Burks. Son : John Cope, Harold Lewis. Musique : Lyn Murray. Décors : Sam Comer, Arthur Krams, Jean Douarinou. Costumes : Edith Head. Montage : George Tomasini. Production : Paramount Pictures. Avec : Cary Grant (John Robie), Grace Kelly (Frances Stevens), Jessie Royce Landis (Madame Jessie Stevens), John Williams (H.H. Hughson), Brigitte Auber (Danielle Foussard), Charles Vanel (Bertani), Jean Martinelli (Foussard), Georgette Anys (Germaine), Roland Lesaffre (Claude).

L’histoire
John Robie a été, avant la guerre, surnommé « le Chat » en raison de son extraordinaire habileté dans la spécialisation du vol de bijoux. Mais Robie s’est acheté une conduite et, ayant combattu dans la Résistance, il coule maintenant des jours heureux dans le cadre ensoleillé de la Riviera. Mais voici que la police, alertée, le soupçonne d’être l’auteur de plusieurs vols sensationnels dont la technique correspond exactement à celle du « Chat ». Ayant échappé de justesse aux inspecteurs venus pour l’arrêter, Robie va tenter lui-même de s’innocenter en livrant le voleur à la police.

Critique
Bien sûr, il s’agit d’une comédie policière dont les répliques font rire, mais il n’en demeure pas moins que l’idée directrice d’Hitchcock l’a conduit à adopter la formule de Jacques Becker pour Touchez pas au grisbi : les voleurs sont fatigués. (…) On pourra s’étonner de ce que je vois dans To Catch a Thief, un film pessimiste ; il suffit, pour s’en rendre compte, d’écouter la musique tristement mélodique de Georgie Auld et Lyn Murray, et d’observer le jeu très inhabituel de Cary Grant. (…) Film peut-être mineur dans la carrière de l’homme qui sait le mieux ce qu’il veut obtenir et comment l’obtenir, To Catch a Thief satisfait pleinement tous les publics – et le plus snob comme le plus populaire – tout en étant l’un des plus cyniques qu’Hitchcock ait tournés. La dernière scène du film, entre Cary Grant et Grace Kelly, est un modèle du genre. C’est un curieux film qui renouvelle Hitchcock et le prolonge tout à la fois, un film divertissant, attachant et décidément très méchant à l’égard de la police française et des touristes américains.
François Truffaut in Arts, décembre 1955

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…