///////////////////
Les Bains accueillent une résidence d’artistes issus de la scène internationale. Sous le commissariat d’exposition de Magda Danysz, l’espace se réinvente furtivement, lieu de vie pour les artistes et expression fracassante de liberté créative.
La golden class du Street Art – d’Ash (Pays-Bas), L’Atlas (France), Futura (USA), Space Invader (France), Jérôme Mesnager (France), Skki (France), Sowat (France), Sten et Lex (Italie), Vhils (Portugal), Gérard Zlotykamien (France) etc…– revisite l’âme des Bains.
Quatre mois hors du temps pour rendre hommage à l’ADN artistique des Bains, pendant lesquels grapheurs et autres artistes s’approprient la légende de la nuit parisienne. D’un style à l’autre, un chantier artistique à la manière d’une manufacture du XXI siècle prend forme sur l’ensemble des 3000m2.
Le trait est inédit et il est surtout éphémère. Un chantier artistique éternel qui sera détruit le 30 avril.
Une métamorphose quasi subliminale et instantanée d’un lieu mythique. Tout y est. C’est majestueux, et jamais vu, brut et magnifiquement sophistiqué. Un impensable come back transgressif dans l’âme underground des Bains.

Dans ce lieu marqué par un potentiel effondrement de certaines salles, rappelant ainsi les lieux abandonnés en décomposition qu'il a l'habitude d'appréhender, Gilbert1 a choisi d'occuper la loge du gardien (ou plus précisément de la gardienne).
Cette loge est située au dessus de l'ancienne boite de nuit, et elle a été soutenue jadis par deux murs porteurs qui ont été supprimés par la suite (comme d'autres murs) par l'ancien gérant, phénomène qui a entrainé la fermeture de l'établissement en 2010 par arrêté préfectoral.
L'artiste a cherché à représenter dans cette pièce menaçante, une scène d’écroulement soudain entre les étages en réalisant une installation composée avec des matériaux de récupération significatifs de l'histoire du lieu, qu'il a en premier lieu collecté ou arraché dans les différents recoins de l'immeuble.
Il livre ici une sorte de scène théâtrale qui représente de manière subliminale, tel le capitaine d'un navire, le gardien gardant la mémoire, les traces et l'âme du lieu jusqu’à l’effondrement final de l'immeuble.

Photos courtesy Stéphane Bisseuil & Jérôme Coton
Video courtesy The Mouarf (images The Mouarf, Magali Moreau, Jérôme Coton & Gilbert1)

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…