Cadences infernales, gestes répétitifs, la chaîne de l’espoir n’autorise pas le repos. Des prisonniers américains en combinaisons orange, la tête enfouie dans les mêmes cartons cubiques, travaillent à reproduire inlassablement le célèbre Cri d’Edvard Munch. Une icône de la souffrance qu’ils désamorcent à grand coup de peinture tachiste en la maquillant grossièrement : soleil et oiseaux dans le ciel, visage clownesque et oreilles de Mickey plaqués sur le visage torturé du Cri.

Produit par le Manoir de Martigny (CH)

+ d'infos sur ce lien :
dda-ra.org/fr/oeuvres/LE_GENTIL_GARCON/Page-sociologie/Page-restorhope

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…