_projet : "la ville sensible" s'attache à rendre perceptibles les strates de vie privées continuellement tissées ou parallèles dans les flux qui parcourent l'espace public.
Sur, autour et sous la place Charles III, à Nancy, lieu à plusieurs dimensions et plusieurs rythmes, ces flux entrecroisés se démultiplient constamment. Les flux visibles se superposent aux flux invisibles.
Aux flux visibles des mouvements des passants (piéton, conducteur, passager, cycliste), se superposent en temps réel les flux invisibles d'instantanés de leurs échanges privés, ou par les connections au réseau de téléphonie mobile.
La ville, l'espace public sont simultanément un réceptacle et un catalyseur de ces flux incessants de vies privées : flux de piétons, bus, véhicules, flux de données, de lumières, d'informations. Les passant, êtres sensibles et connectés, s'approprient cet espace et ses flux pour un instant, en sont à la fois acteurs et spectateurs.
Le projet vidéo propose une superposition spatiale, temporelle et sensible d'images de flux sur le lieu. Comme une mise en abîme. Comme une introspection sur la vie urbaine du lieu. Les acteurs/spectateurs s'arrêtent un instant pour contempler les flux qu'ils ont croisés, parcourus et dans lesquels ils retourneront le moment d'après.

_durée : 7 minutes
_photographies : tuǧba yüksel
_remerciements : michèle, pierre-yves, renaud, bruno, fabian & daniel
_prise de vue et montage : la chapelle des pixels; nancy
_musique : sandwell district
_projection art vidéo & mapping dans le cadre "de l'art sur les façades", moments d'invention, place charles III, nancy, juin 2013

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…