Machination pour altérer le prix des choses 5: Les autoroutes sont toujours éloignées des gorilles sauf dans le cas des parcs zoologiques urbains qui sont proches des autoroutes, mais QUE DOIVENT PENSER LES GORILLES DE TOUT ÇA ?
(textes: Antón Reixa et Oscar Gómez Mata)

Tout le monde est un. Tout le monde fait le même personnage... Partant de ce constat, L’Alakran pénètre, mêlant les voix de ses différents protagonistes, dans la vie et dans la tête de Valentin Ressentit, l’être humain type.
A travers lui, ce sont toutes les postures de l’Humain que les acteurs de la compagnie vont mettre en branle et figurer.

"Cerveau Cabossé 2: King Kong Fire" est adapté de l'oeuvre d'Antón Reixa, artiste galicien à l'oeuvre protéiforme, professeur de langue et littérature galiciennes, fondateur du groupe poétique "Rompente", compositeur et chanteur du groupe "Os Resentidos", réalisateur de montages multimédia et de vidéo, cinéaste, acteur et journaliste. Bien qu'il ne soit pas à proprement parler un auteur de "pièces", son écriture appelle et provoque le théâtre. Percutante et ironique, elle prend tour à tour des allures de manifeste poétique, de farce politique, traversée par un souffle surréaliste. A la croisée du cabaret, de la sitcom, de l'art brut, de la performance et de la tragédie grecque: un cocktail à base de quotidien, détonnant et savoureux.

Pour ce nouveau spectacle, Oscar Gómez Mata a rassemblé plusieurs textes de Reixa afin de composer un ensemble théâtral à géométrie variable, qui se nourrit aussi bien des arts plastiques, de la danse que de la musique et de la peinture. "Cerveau cabossé 2: King Kong Fire" est le produit aventureux de cette investigation amoureuse. Un spectacle qui souffle le chaud et le froid, assume ses contradictions, sort de ses gonds, traque l'intime, va au contact du monde, s'adresse au spectateur et pense encore que l'art peut apprendre à vivre (et à mourir). Un théâtre classique, en somme !?

C'est l'histoire d'un humain, "l'être humain type", c'est-à-dire vous, moi et quelques milliards d'autres... Rien que ça! L'histoire de quelqu'un qui tente de se colleter à la réalité: se lève, court, s'effondre, prend des coups et en donne, dit oui, dit non, s'émerveille, se perd et se retrouve dans le dédale des mots, la nausée de l'actualité, l'immensité du cosmos, le chaos des corps. Qui ne se souvient pas du sentiment de vertige éprouvé, enfant, à l'ouverture du dictionnaire: derrière tous ces mots inconnus, combien de secrets inavouables, d'univers à double fond, de mystères à percer, aiguisant violemment notre goût de la découverte!... Ce geste inaugural – chercher le mot "pute" dans le dictionnaire – va tout mettre en branle et c'est l'existence entière qui défile sous nos yeux ébahis.

Cette histoire, ils seront cinq à la raconter, se la disputer, l'incarner, s'en éloigner pour mieux y revenir, la montrer et la démonter à vue. Dans une grande sarabande des sens et des idées, c'est un peu comme si les comédiens pénétraient à l'intérieur de leur propre cerveau pour en agiter et en exhiber les fantasmes, les peurs, les désirs et les rêves. Troublante et excitante opération qui donne naissance à un kaléidoscope grave et endiablé. Cinq comédiens prêts à tout et capables de toutes les bêtises, les beautés et les métamorphoses pour mettre en jeu et en partage cette histoire qui se lit comme le récit foisonnant et baroque d'une initiation au monde. Le portrait éclaté d'enfants d'un siècle qui donne le tournis. Mais QUE DOIVENT PENSER LES GORILLES DE TOUT ÇA ?

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…