Dans le cadre du Plan Monnet (1947), l’agronome René Dumont soutient que « c’est l’ensemble de notre civilisation rurale et même le type de paysan, qui va être bouleversé par le tracteur». La mécanisation agricole va en effet contribuer au passage d’une organisation paysanne des territoires vers une économie agricole, technique, spécialisée et organisée.

Le tracteur est arrivé avant guerre dans le département des Hautes-Alpes pour se cantonner essentiellement dans le Val de Durance mais son extension sur l’ensemble du territoire haut-alpin est rapide dès l’adoption du Plan Monnet ; seules les communes les plus en altitude en feront l’acquisition tardivement, soit dans les années 70. Le tracteur est un symbole du développement de l’agriculture et son évocation a tendance à masquer les autres évènements qui ont marqué les territoires, le tissu social, l’économie et le corporatisme agricoles au moment de sa diffusion dans les exploitations, notamment l’émergence de la JAC, le développement des intrants, les remembrements, la place des femmes dans le milieu agricole, les Zones-témoins…

Le Centre de l’Oralité Alpine du Conseil Général des Hautes-Alpes a engagé une collecte orale sur l’arrivée du tracteur dans le département auprès d’une trentaine de témoins qui ont vécu directement cette intrusion mécanique dans les exploitations de l’époque. Les collecteurs du Centre de l’Oralité Alpine ont largement contribué à ces collectes et un photographe, Gérald de Viviés, les a suivis de près ou de loin dans les vallées pour capter des images de ces premiers marqueurs mécaniques de l’économie agricole.

pierresquiroulent.fr/L-arrivee-du-tracteur-dans-les-Hautes-Alpes_a81.html

Un partenariat avec le Lycée Agricole des Eméyères (LEGTA des Hautes Alpes) a permis de mutualiser des moyens, images et réflexions autour de cette thématique, la classe de Seconde Professionnelle Agricole ayant mené un projet en éducation socioculturelle intitulé « Rencontres intergénérationnelles autour du tracteur ». Des visites ont été organisées chez des agriculteurs et des collecteurs sont intervenus auprès des lycéens. L’exposition présentée ici est également visible, sous une autre forme, au Lycée Agricole aux abords de l'exploitation, en extérieur.

Ce premier documentaire sonore réalisé par Pascal Perrot - sur la base d’un scénario de Julia Montredon, historienne - évoque les souvenirs des agriculteurs lors de cette arrivée massive dans les années 40 à 60. Les photos de Gérald de Viviés et de fonds privés ont été introduites par Denis Richard pour constituer cette POM. Deux autres documentaires viendront préciser cette révolution que fut la mécanisation des exploitations.

Fiche technique

Montage sonore : Pascal Perrot, studio Alys
Scénario : Julia Montredon
Montage photos : Denis Richard
Photographies : Gérald de Viviés, Knut Hirche, fonds Richier et fonds Barniaudy (+ image tiré du livre "100 ans à Ceillac")
Témoins enregistrés : Gilles et Alain Boitte (Monêtier-les-Bains), François Brunet (Cervières), Henri Chancel (Monêtier les Bains), Marcel Eyraud (Saint-Bonnet en Champsaur), Pierre Flandin (Abriès), Laurent Pascal (Crévoux), Guy Reynaud (Abriès), Max Robin (Saint-Laurent du Cros), Marcel Tavernier (Gap – établissement Eynaud)
Collecteurs : Claire Bonnet (Monêtier-les-Bains), Anne Brochier (Val des Prés), Catherine Clémenceau (Villar Saint-Pancrace), Eliane Gleize (Réallon), Elsa Wursteisen (Arvieux), Philippe Boursier (Puy Saint-Pierre), Gabriel Carnévalé (Upaix), René Jarry (La Roche des Arnauds), Maurice Joubert (Crévoux), Paul Motte (Saint-Bonnet), Alain Peyrotti (Embrun), Claude Trotin (Laragne) et Marc Mallen (Gap)
Production : Centre de l’Oralité Alpine

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…