2007
52 mn
Broadcasted by Arte / France 5 / TCM
Produced by Folamour (folamour.fr/fr-accueil.html)

"A film and its era : Tess" : a documentary about the shooting of Tess by Roman Polanski... It's not a "making of", but a meeting with the main makers of the film and a perspective view of the film in its time (1978) ...

Résumé
Roman Polanski attendra sa rencontre avec Nastassia Kinski et surtout l’exil en France, après la fuite précipitée des Etats-Unis, pour se lancer dans « Tess » en 1978. Claude Berri orchestre la production alors la plus chère du cinéma hexagonal, au service d’une star: Roman Polanski. Portrait du film, l’un de ses très rares films d’amour, l’un des plus primés aussi. Portrait de groupe: film catharsis pour Roman Polanski et pour Nastassia Kinski, production à quitte ou double pour Claude Berri. Tournage de légende et montage cauchemardesque. Portrait d’une époque en suivant une jeune paysanne violée dans les chemins creux d’un paysage et d’une société qui disparaît justement au fil des années 70 en France: la civilisation agraire.

Here are the first 15 minutes.

Some photos by Bernard Prim - the official photographer of the shooting of "TESS" in 1978 - are available here, very rare documents :
web.mac.com/ablindaniel/Daniel_ABLIN/Photographies/Pages/TESS_de_Polanski.html

To buy : video.fnac.com/a3323501/Un-film-et-son-epoque-Coffret-Volume-1-DVD-Zone-2

Directed by Serge July and Daniel Ablin
Co production : Folamour / Arte France / TCM
with the participation of France 5
Producer : Marie Genin

With : Roman Polanski, Nastassia Kinski, Claude Berri, Philippe Sarde, Leigh Lawson, Anthony Powell, Timothy Burrill, Pierre Grunstein.

Dop : Eric Genillier / Caroline Champetier
Edit : Sophie Rouffio

"En 1969, Sharon Tate, la femme de Roman Polanski, découvre Tess d'Urberville, grand classique de la littérature anglaise signé Thomas Hardy. Dix ans plus tard, le cinéaste adapte au cinéma l'histoire tragique de Tess, en proie à la violence d'une société patriarcale et intolérante.

Ce film revient sur la fabrication de cette oeuvre paradoxale, « grosse production mais film intimiste », selon le producteur exécutif Pierre Grunstein. Du tournage, solaire et festif, au montage, période noire de près de deux ans qui fit éclater les différends entre Polanski, le compositeur Philippe Sarde et le producteur Claude Berri, il retrace le destin d'un film à la fois témoin et acteur de son époque. Témoin d'un monde paysan en voie de disparition dont Polanski, garçon de ferme dans sa jeunesse, garde une certaine nostalgie, Tess fut aussi l'emblème d'une certaine réhabilitation de la féminité à l'heure des pattes d'eph' et des tuniques informes. Ainsi, dans les années qui ont suivi la sortie du film, les robes blanches de l'héroïne ont inspiré de nombreuses collections de prêt-à-porter...

Si le documentaire, un peu fourre-tout, est parfois décevant (on s'étonne de la faiblesse de certaines interviews), il touche lorsqu'il évoque les motivations profondes de Polanski, qui signait là l'un de ses films les plus personnels. Pour lui, comme pour l'actrice qu'il a lancée, Nastassja Kinski, Tess reste une extraordinaire expérience cathartique."
Mathilde Blottière
Télérama n° 3105
Le 18 juillet 2009

"Serge July interviewe Roman Polanski devant une cage géante de paons, dans le parc même de la propriété où a été donné le 31 juillet 1978, le premier tour de manivelle de "Tess". La beauté et la fragilité de Natassia Kinski éclatent littéralement sur l'écran aussi bien dans les images du tournage que dans celles de l'interview pudique et vraie, réalisée en 2006 à Los Angeles." ELLE

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…