DERRIERE L'ABSENCE ou les revers de la migration. En Moldavie, le pays le plus pauvre d’Europe de l’Est, plus de 100 000 enfants et adolescents grandissent en l’absence de leurs parents. Ce sont des orphelins dont le père et la mère ont émigré en quête d’un travail qui leur permette de survivre et d’assurer un avenir meilleur à leur famille. À cause des conséquences directes et indirectes de la migration de masse, qui selon l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) concerne un quart de la population moldave en âge de travailler, des milliers d’enfants trop jeunes pour être autonomes sont élevés par leurs grands-parents qui deviennent eux-mêmes trop vieux pour ce travail ; et des milliers d’enfants dont les parents sont en vie sont placés dans des orphelinats délabrés, érigés au siècle dernier pour accueillir les orphelins de la Seconde Guerre mondiale. L’argent renvoyé au foyer par les migrants, qui représente environ 500 millions de dollars par an, joue désormais un rôle moteur dans la consommation en Moldavie, au prix – c’est le revers de la médaille – de fissures profondes dans le tissu social du pays.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…