Nature Cinema

Informations :
Le Piton
Latitude : 21°22 Sud
Longitude : 55°71 Est
Altitude : 2631 m
fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ruption_volcanique

L’île de la Réunion d’une taille de 50 de large à 70 km de long, dans l’océan Indien, émerge à plus de 3 070 m d’altitude au Piton des Neiges, un ancien volcan. Heureusement, pour les volcanologues et pour le tourisme, le Piton de la Fournaise (2 631 m), le volcan-bouclier situé au sud-est de l’île, se réveille parfois.
Ces deux volcans reposent sur le plancher océanique du bassin des Mascareignes, à - 4 200 m de profondeur (pour un diamètre moyen à la base de 200 à 240 km). Ainsi, la partie émergée de la Réunion ne représente environ qu’un trentième du volume (600 millions de km3) de l’ensemble (immergé et émergé). De ce fait l’on ne connaît que l’histoire géologique récente de cette île. D’ailleurs, un volcan sous-marin à la suite de campagnes bathymétriques a été découvert à l’est du Piton de la Fournaise.
Ce volcanisme dit intraplaque est dû à ce que l’on appelle un point chaud. C’est-à-dire une remontée du manteau continue dans le temps et fixe dans l’espace, actuellement à 300 km environ au sud-ouest de la Réunion, que perce la croûte océanique, que elle se déplace. Ce point chaud est très important puisqu'il serait à l'origine de la formation au Crétacé du plateau basaltique du Deccan

*****************
Le Piton de la Fournaise

Le massif volcanique du Piton de la Fournaise qui culmine à 2631 m occupe le tiers sud-est de l’île de la Réunion. C’est le volcan actif de l’île. Le piton de la Fournaise a commencé à s’individualiser il y a 500 000 ans.

Aujourd’hui, le volcan se trouve à l’intérieur d’une très grande caldeira d’effondrement (9 x 13 km), profonde de 100 à 300 m, l’enclos Fouqué, qui est elle-même recoupée, à l’est, par une autre dépression, en forme de U, le Grand Brûlé (8 x 13 km), qui descend jusqu’à la mer. Le survol de ce site lunaire permet de voir que l’enclos Fouqué est cerné, du côté ouest, par une autre caldeira, plus ancienne, la Plaine des Sables.
Le mot caldeira vient des îles volcaniques des Canaries et désigne un chaudron. En volcanologie, ce terme définie une vaste dépression de forme plus ou moins circulaire due à l’effondrement de la partie centrale d’un appareil volcanique. Il existe en fait deux grands types de caldeiras :

La première est due à une volumineuse émission de magma riche en silice (ponce), comme celle qui s’est produite à Crater Lake il y a 6 600 ans, à Santorin vers 1600 av. J-C, au Krakatoa en 1883 et plus récemment au Pinatubo. La dépression ainsi formée est d’une dizaine de km de diamètre en moyenne.

La seconde est le résultat, comme au Piton de la Fournaise, au Kilauea et au Mauna Loa Hawaii, à l’Erta Alé en Ethiopie, ou au Kartala aux Comores, de la “vidange” d’un petit réservoir magmatique proche du sommet. Le plus souvent le magma migre vers le flanc du volcan lors d’une éruption fissurale. Ce vide souterrain provoque en surface un puits (pit crater) de quelques dizaines à centaines de mètres de diamètre. C’est la coalescence dans le temps de plusieurs de ces puits qui constitue une grande caldeira de plusieurs km de diamètre.

***********

Au centre de l’Enclos se trouve un édifice volcanique d’une hauteur de 400 m par rapport au plancher de la caldeira. Le sommet de ce cône est plat et présente deux cratères sommitaux : à l’ouest le Bory (350 sur 200 m), déjà présent lors de la colonisation de l’île, et à l’est le Dolomieu (1 000 sur 700 m), qui est apparu en 1766.
Le nom Bory fait référence à Bory de Saint-Vincent, qui fut le premier, en 1802, à décrire scientifiquement le piton de la Fournaise et à réaliser la première carte des coulées de la Fournaise

j vimeo.com/67111496

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…