Vidéo digital, 34 min, 2005-2007
Edition de 6 + 1 AP

Le bateau, c'est un morceau flottant d'espace, un lieu sans lieu, qui vit par lui-même, qui est fermé sur soi et qui est livré en même temps à l'infini de la mer et qui, de port en port, de bordée en bordée, de maison close en maison close, va jusqu'aux colonies chercher ce qu'elles recèlent de plus précieux en leurs jardins.
Le navire, c'est l'hétérotopie par excellence. Dans les civilisations sans bateaux les rêves se tarissent, l'espionnage y remplace l'aventure, et la police, les corsaires.

El barco es un pedazo flotante de espacio, un lugar sin lugar, que vive por él mismo, que está cerrado sobre sí y que al mismo tiempo está librado al infinito del mar y que, de puerto en puerto, de orilla en orilla, de casa de tolerancia en casa de tolerancia, va hasta las colonias a buscar lo más precioso que ellas encierran en sus jardines.
El navío es la heterotopia por excelencia. En las civilizaciones sin barcos, los sueños se agotan, el espionaje reemplaza allí la aventura y la policía a los corsarios.

The boat is a floating piece of space, a place without a place, that exists by itself, that is closed in on itself and at the same time is given over to the infinity of the sea and that, from port to port, from tack to tack, from brothel to brothel, goes as far as the colonies in search of the most precious treasures they conceal in their gardens.
The ship is the heterotopia par excellence. In civilizations without boats, dreams dry up, espionage takes the place of adventure, and the police take the place of pirates.

Michel Foucault, Des espaces autres, 1967

De l’homme à l'homme vrai, le chemin passe par l’homme fou.

Del hombre al hombre verdadero, el camino pasa por el hombre loco.

From man to real man, the path goes through the madman.

Michel Foucault, Histoire de la folie à l'âge classique, 1961

CREDITS
-------------

Rigo Pex * Meneo, pour la musique des performances
Edu Alonso, pour l’escapade bucolique au Montseny
Mercurio Sobocki, pour sa performance faunesque
Joan-Marc Joval pour ses corrections textuelles

Nu Rodríguez, pour ses cris et gémissements anglophones
Mes sœurs Marion et Sophie et ma grand-mère, pour leur œil bleu
Ma sœur Nelly, pour surveiller les zombies au cimetière
Natalia Angel, pour le design graphique des écrans de titre

Laura Cancho, pour sa petite télé portable de camping
Wilfrid Ribeyre, pour aimer tous les trains (vraiment) fantômes
Chuso Ordi, pour ses T-shirts psychédéliques
El forn de teatre Pa’tothom, pour me prêter son espace et matériel
Xavier Gavin, même si la vie n’est pas facile

Estibaliz Cotos, pour ses conseils sanitaires
José Pablo Jofré, pour ses conseils littéraires
Marielle, Martonga, mon frère Benoît et Eduardo, pour leurs conseils de supporters
Toutes les boutiques Todo a cien, pour leurs merveilleux objets tout à fait accessibles
Et tous les autres qui m’ont aidé et que j’ai malheureusement oubliés, j’en suis désolé

Extraits musicaux de Jacques Brel, James Chance & the Contortions, Boards of Canada, Peace Orchestra, David Darling & Jan Garbarek, Alvin Curran
Extraits sonores de The Freesound Project
Extraits poétiques d’Antonin Artaud, William Burroughs, Allen Ginsberg, Jack Kerouac
Textes d'Antonin Artaud, extraits de L'Ombilic des limbes, Le Pèse-nerfs, Fragments d'un journal en enfer et L'Art et la mort

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…