Genève - Dr Aida Saif El-Dawla, psychiatre égyptienne et Said Ben Zair, professeur saoudien, ont été désignés par la Fondation Alkarama lauréats du Prix Alkarama 2011.

Le prix Alkarama est décerné chaque année à l'occasion de la journée des droits de l’homme, le 10 décembre, à un(e) ou plusieurs défenseur(se)s des droits de l’homme qui a(ont) contribué de manière significative à la promotion et à la protection des droits de l’homme dans le Monde arabe.



Cette année, le prix sera décerné à deux lauréats lors d'une cérémonie qui se déroulera le 6 décembre au CICG a Genève. 



Les lauréats

Membre fondatrice de plusieurs organisations de défense des droits de l'homme en Egypte dont l'Association égyptienne contre la torture et le Centre El-Nadim pour la réhabilitation psychologique des victimes de la violence, Dr Aida Saif Al-Dawla s’est, pendant plus de trente ans, consacrée a la lutte contre la torture et à la collecte d’informations sur les violations des droits de l'homme en Egypte et au Moyen-Orient.

Reconnue depuis longtemps comme une militante des droits de l’homme de premier plan, elle a joue un rôle clé en Egypte dans la lutte contre l'injustice et la corruption. 

“Le combat contre la torture du Dr Saif El-Dawla tout au long de ces trente dernières années a été exemplaire", déclare Rachid Mesli, Directeur juridique d'Alkarama. Et d'ajouter "son dévouement et sa créativité en matière de réhabilitation des victimes de tortures restent jusqu’à présent inégalés dans la région.” 

Professeur de communication saoudien à l’Université de Riyad, Dr Said Ben Zair a été arrêté à  trois reprises pour avoir lutté en faveur du respect des droits civils et politiques en Arabie saoudite. Sa dernière arrestation remonte au 6 juin 2007. En seize ans, il aura passé seulement trois ans en liberté. Accusé d’avoir “critiqué le système judiciaire saoudien” et d’avoir “ soutenu publiquement que tous les prisonniers détenus à la prison d’Al-Hayr à Riyad sont victimes d’injustice”, Dr Ben Zair n’a jamais fait l’objet d un procès équitable et reste détenu à ce jour en dépit du fait que le Groupe de la détention arbitraire de l’ONU ait demandé aux autorités saoudiennes de le libérer. Son fils, Saad Ben Zair, a  été arrêté  le 17 juillet 2002 pour avoir  dénoncé publiquement l’arrestation de son père. Saad a été libéré trois années plus tard avant d’être ré-arrêté le 19 juin 2006 pour avoir dénoncé la pratique de la détention arbitraire en Arabie saoudite. Son autre fils, Mubarek Ben Zair, a également été détenu à plusieurs reprises pour avoir défendu les droits des détenus, notamment ceux de son père et de son frère. 

“La troisième arrestation du Dr Ben Zair en juin 2007 était assez inattendue, déclare Rachid Mesli. Et de déplorer,  “le message des autorités saoudiennes est clair: aucun appel  à des  reformes et aucune critique portée à  la politique ou au système judiciaire saoudiens ne sera toléré. Nous appelons a la libération immédiate du Dr Ben Zair, des membres de sa famille, et de tous les prisonniers de conscience en Arabie saoudite.” 

Le Prix Alkarama a été décerné aux défenseurs des droits de l’homme Abdennour Ali Yahia en 2009 et  Haitham Al-Maleh en 2010, avocats algériens et syrien. 

Pour plus d’informations sur la cérémonie de cette année, veuillez consulter notre site alkarama.org ou nous contacter à l’adresse suivante: award@alkarama.org.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…