Stéréo-Séquence
Épisode 8 - Partie 3
Imbert Imbert - Faut Q'J'L'Oublie
Filmé lors de l'édition 2011 du festival de la chanson de tadoussac.

Photos exclusives prisent lors du tournage de cet épisode disponible sur le site officiel de Stéréo-Séquence
stereo-sequence.com/episodes/ep8

Produit et réalisé par le Collectif A4
collectifa4.com

C’est dans un Gibard plein à craquer que j’ai découvert Mathias Imbert, le premier soir du festival en chansons de Tadoussac 2011. Je n’avais aucune idée de qui il était, ni même qu’il jouait ce soir là, remplaçant un groupe ayant fait faux bond. J’étais tout simplement sensé prendre quelques clichés pour ensuite me sauver vers une autre scène, histoire de couvrir le plus d’artistes possible. Je me suis donc frayé un chemin, de peine et de misère, jusqu’au minuscule 2ième étage, histoire d’avoir un bon point de vue. C’est là qu’il s’est pointé, traînant une contrebasse plus grosse que lui, et qu’il s’est mis à jouer. « Je ferais ce que j’veux, je déferai ce que j’peux … Combien d’enfants meurent à chaque battement de mon coeur… » . J’ai vite laissé tomber mon appareil, totalement figé, et je me suis retrouvé avec une pinte dans les mains, incapable de me pousser. L’ambiance était lourde, mais agréable. Le bar était plein. Il y avait même des gens dans la rue, et on aurait pu entendre voler une mouche. Ce fût un coup de coeur instantané. Malgré nos journées déjà chargées de tournages pour Stéréo-Séquence et nos soirées à couvrir le festival, il fallait arriver à enregistrer quelque chose avec Imbert Imbert. Il a gentiment accepté, scotch à la main.

C’est avec une petite heure de retard, le lendemain midi, que nous avons retrouvé Mathias Imbert à la marina, alors qu’il revenait d’une croisière aux baleines. Avec toute la sincérité et la gentillesse du monde, il s’excusa de son retard, certain que notre rendez-vous était fixé pour 14h. Et comme on n’apporte pas une contrebasse en croisière aux baleines et que nous avions un tournage avec Malajube à 15h30, il fallait faire vite. Sans vraiment croire moi-même que ça entrerait dans ma petite voiture, je sais maintenant que l’intérieur d’une Yaris est exactement de la même dimension qu’une grosse contrebasse.

De retour à la marina, nous avons commencé l’enregistrement d’un des Stéréo-Séquence qui me touche le plus. Il y a quelque chose qui contraste; entre cet artiste au look rebelle et aux textes qui vont droit aux tripes et le décor idyllique de carte postale de la marina de Tadoussac. Mais il y a aussi quelque chose qui s’accorde entre la fragilité et la sensibilité qui le distingue, le bleu azure de la plage, et de ces gens, sur leurs voiliers, mordant à pleine dent dans la lumière du jour…

Dans toute sa générosité, il nous aura offert en tout 5 chansons. Malgré un blanc de mémoire tout à fait compréhensible ( à noter qu’il est midi et qu’à Tadoussac on picole à l’auberge jeunesse jusqu’aux petites heures du matin… ) et le passage d’un humanoïde à sandales armé de jumelles à la recherche de bikinis qui semblait ignorer ce que sont qu’une caméra et des micros, la vingtaine de personnes qui s’arrêtèrent pour assister à ce petit concert improvisé furent sans aucuns doutes séduit par cet artiste déroutant, aux textes percutants et au talent incroyable.

— Jimmy Voyer

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…