septième film du labo collectif d'animation expérimentale du Terrier. Prises de vue et animations de C. de Trogoff. Montage de L.L. de Mars. Musique de Élémarsons.
Ce qu'en dit C. de Trogoff :

« Le face à face entre Blanche-Neige et la sorcière sera ici perçu comme une annonciation négative, avec en écho la tentation du jardin originel.
A travers ce prisme, Blanche-Neige, image de l'innocence, est la proie de prédateurs surgis d'un monde plus froid, d'un monde extérieur à tout mythe.
Son innocence même en fait une victime désignée attirant à elle les puissances sauvages. Telle un lapin pris dans les phares, elle est la captive du faisceau mortel, piégée par ce rôle imposé.
Un poison historique se transmet alors par un lien tissé entre les femmes.
Un fermier danse autour de son épouse, la séduit, la fascine. Elle-aussi se trouve prise dans ce rôle d'innocente par la société qui la modèle et l'infantilise.
Blanche-Neige cherche alors à fuir cette prison par la métamorphose : mais le lapin qu'elle devient n'émeut pas, et déchaîne au contraire une violence accrue. Le cygne, forme supérieure de sa transformation, accède à la liberté par la réalisation d'une nature concordante — vilain petit canard. Devant cette conversion profonde, cette transfiguration, la sorcière s'inclinera. »

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…