entre le 18 et le 20 octobre 1974, Georges Perec s’installe place Saint-Sulpice et note “ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages.”

Le 22 octobre 2011 à 10 heures du matin, je prends place à la terrasse du même Café de la Mairie et photographie pendant une heure, au rythme d’une image par seconde, ce qui se passe devant moi.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…