Alexandra Sebbag, styliste et Marie Artamonoff, bijoutière se réunissent en 2012 pour élaborer une collection capsule pour femme. Celle-ci s’articule autour de l’utilisation de deux matériaux : le textile et le métal.

Arma cutis exprime une esthétique brute et subtilement anxiogène se servant de visions posthumaines et désincarnées pour mettre le corps et sa chair au premier plan. Le corps sur le corps, la peau sur la peau. Arma cutis exploite une chair brute et brutale, désincarnée mais néanmoins tellement vivante marquée par ses blessures, ses imperfections, ses fissures du quotidien. Une chair surexposée dans la nécessité de réaffirmer sa singularité mais ne pouvant le faire que par l’artifice. Les matières sont utilisées dans une volonté d’incarner la peau. Une peau mémoire qui agit comme le porte-parole de notre inconscient telle une interface entre notre intimité et le monde extérieur.

Le vêtement a pour fonction de recouvrir, de protéger et de modeler le corps. Dans le cadre de la collection printemps-été 2013, Arma cutis veut se servir du vêtement pour révéler ce corps. Les matières sont travaillées comme de la chair avec ses plis, ses cicatrices. Protection, perception, immunité, autant de fonctions propres à l’épiderme qui ne sont pas sans rappeler les usages que l’on fait souvent du vêtement, telle une seconde peau.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…