15.10.12 Raymond Bar, Clermont-Ferrand

C'est à Clermont-Ferrand que l'incroyable s'est produit : quelle ne fût pas notre surprise en effet lorsque nous apprîmes qu'une tâche d'une importance capitale allait nous être attribuée: jouer pour Raymond Barr au Raymond Bar. Tout à fait, Monsieur Barr lui-même. Quelque peu empruntés face à un tel défi, notre faiblesse proverbiale nous poussa à nouveau à nous jeter sur tous les breuvages possibles, allant du gin à la bière, au whisky, puis finalement au mélange (efficace mais peu gouteux) des deux derniers éléments susmentionnés. Le délicieux houblon d'une Kro mélangé à la saveur toute particulière d'un whisky entrée de gamme feront finalement surgir en nous l'esprit maléfique qui hante ces lieux: non pas l'âme sans repos de feu Mr. Barr, mais celui du plus fameux défenseur du droit humain et animal à la défonce. Je parle bien entendu du commandant Crusteau dont le navire hante encore les mers de bière déchainée que sont nos estomacs et le maelstrom chimique de nos cerveaux. Ce qui ne nous empéchera pas d'invoquer et de louer son nom dans un demi sommeil-coma. Cette litanie résonne encore dans les murs de sa chapelle Clermontoise: "Aie pitié de nos corps et nos âmes, Ô commandant Crusteau ! Offre nous ton sommeil profond et réparateur. Offre nous notre dose de Crust quotidien. Amen la dope. "

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…