facebook.com/MedicineBath - L'un de mes maîtres, Henri Lefebvre, racontait que son premier souvenir philosophique fut d'entendre un grand du lycée, aux toilettes, détourner le cours qu'il venait de recevoir sur Descartes par un "Je pisse, donc je suis" truculent. Remplacer l'acte de penser par l'acte d'uriner, c'est remettre le corps (même "sale", même animal) au cœur de l'existence. Éviter ainsi l'idéalisme, trop hygiéniste pour ne pas soulever de légitimes suspicions.
Le plan d'aujourd'hui est simple : me rendre à San Francisco en ferry, puis remonter Market Street, la rue principale qui part du port. Punto y basta. Un objectif "objectif", un tracé linéaire - une journée comme un autre dans la ville la plus densément peuplée des États-Unis.
Au début, en effet, tout paraît normal : beau temps, belle vue, beaux couples. Mais une normalité qui sent un peu trop la carte postale et le "cauchemar climatisé" cher à Henry Miller. Une normalité de série états-unienne, précisément (à la Dexter, à la Desperate Housewives...) - de celle prépare en douce de très vilains coups.
Le débarquement des riches de Sausalito se fait avec cette civilité robotique qui ne cesse de me fatiguer depuis mon arrivée. On prend des photos-sourires, on se congratule pour la jolie traversée passée à s'échanger des SMS et des fadeurs, puis on se disperse et chacun poursuit son chemin.
Le mien débute avec Ray, un vétéran homeless (SDF), livré à la rue après de bons et loyaux services dans l'Armée, me dit-il. Un Steven Spielberg prisonnier de son propre film ; la première personne vraiment chaleureuse que je rencontre. Il le faut bien : c'est froid, une ville, la nuit. Et Ray ne prend ni drogue ni alcool pour faire monter la température. Ce qui pose d'ailleurs problème, les services sociaux étant réservés en priorité aux sans-abris alcooliques ou toxicomanes. À ceux qui relèvent du médical. Pour le social, on repassera.
Et le médical, ici, est plus que limité. En moins de deux blocks, la normalité débloque. Gravement. Banalement. Insupportablement. Des fous livrés à eux-mêmes, des post-traumatisés que la guerre a broyés, des clochards traînant leur caddie au milieu des lunettes de soleil et des costards-cravates. Tout se côtoie - la foire et la gloire, l'immonde et le beau monde - sans jamais se mélanger. Petites boîtes. Compartiments étanches dans les têtes, dans les corps et, par voie de conséquence, dans la cité.
En descendant Market Street, la civilité robotique révèle peu à peu son véritable challenge : la mise à distance d'autrui. Cet évènement incontrôlé, qui peut nous émouvoir, nous déborder, nous transformer. Oui, les Californiens sont littéralement hantés par l'autre. Le grand sport, ici, consiste à le fuir à tout prix en faisant semblant de le rencontrer.
Alors tout devient monstrueusement possible. Et le "Je pisse, donc je suis" d'Ernesto sonne comme un appel à la révolution.
vincentcespedes.net/post/MedicineBath

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…