En 2003, je filme mon grand-père, ses gestes quotidiens, son rythme, son visage. J’observe son rituel. En automate il avance, il semble me murmurer un langage étrange. Le corps s’affaiblit, la lumière baisse. Avec précision, il entretient les rythmes de cette machine, cette enveloppe fragile, sèche, qui témoigne de l’acharnement du temps. Mon projet est une histoire simple, intime. A travers la vie de mon grand-père, je souhaite faire appel au mouvement, celui de la transmission comme de la survivance. Aujourd'hui mon grand père est décédé, reste les souvenirs et ces images d'un vieil homme qui marche dans les bois.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…