Les jardins de Marrakech sont des lieux où l'architecture et la végétation se mêlent suivant les dessins d'une trame géométrique omniprésente. Un quadrillage duquel émergent des formes récurrentes dont l'échelle varie au gré des points de vue.
Cet effet fractal ou kaléidoscopique donne à ces espaces de fraîcheur une dimension spirituelle où se rejoignent l'infiniment grand et l'infiniment petit.
Constructions de formes parfaites qui structurent des paysages où les couleurs vibrent par légères nuances. Les verts transparents des cactus et des palmiers, la chaleur des fleurs d'aloès et de la terre rosée.
Pour introduire un film présentant des lieux tels que la Mamounia, la Menara, les jardins d'Agdal ou le jardin Majorelle il est nécessaire de concevoir un graphisme rigoureux et luxuriant.
Au delà du paysagisme et des caractéristiques architecturales des jardins une attention particulière doit être portée à l'atmosphère marrakechoise: solaire, imprévisible et romantique.
L'animation du générique unit les formes et les couleurs inspirées de ces lieux à l'exotisme raffiné dans une construction aléatoire au sein de laquelle s'inscrivent les noms des artistes et techniciens impliqués. Telles des turgescences végétales les compositions apparaissent révélant dans leur structure une grille typographique récurrente.
Le choix de la fonte se porte sur la Calson Book, droite et élégante ses biseaux entrent en écho avec la trame environnante. Les capitales donnent aux titres un ton ample et serein.
Piero Umiliani, compositeur du morceau "Momento ritmico" est connu pour ses musiques de film dans le courant des années 70. Les cloches et les harpes créent une ambiance onirique propice à la promenade. Le rythme lent et pourtant très marqué ponctue les étapes de la séquence et participe à la légèreté de son déroulement.
Les lumineux Jardins de Marrakech cachent des secrets, le générique du documentaire éponyme en déchiffre les codes pour en extraire un langage.

The gardens of Marrakech are places where architecture and vegetation mingle following the drawings of a pervasive geometric patern. From this grid emerges relapsing forms depending on the points of view.
This fractal or kaleidoscopic effect gives to these areas a fresh and spiritual dimension where the infinitely large meets the infinitely small.
A landscape build with elementary shapes where colors vibrate with light shades. The transparent greens of cacties and palm trees, the warmth of aloe flowers and pink earth.
To introduce a film about such places as the Mamounia, the Menara, the Agdal and Majorelle Gardens developping a rigorous and lush graphics is needed.
Beyond the landscapes and architectural features a special attention should be paid to marrakech atmosphere: solar, unpredictable and romantic.
The animation of the title sequence unites shapes and colors inspired by those places of refined exoticism in a random construction in which are inscribed the names of the artists and technicians involved. As the plants growth the compositions appear revealing a typographical recurring grid.
The chosen font is Calson Book, right, for its elegant bevels that reminds the surrounding frame. Capitals give to the titles a large and serene tone.
Piero Umiliani, composer of the song "Momento ritmico" is known for his film scores in the 70s. Bells and harps create a dreamlike atmosphere inviting to a nice promenade.
The slow pace punctuates the evolution of the sequence and gives lightness to its development.
The bright Gardens Marrakech hide secrets, the title of the eponymous documentary decrypts codes to extract a language.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…