Pour le premier spectacle de Guillaume Wagner il était naturel de créer une scénographie percutante représentative de son humour cinglant. Son côté actuel d’usager actif des médias sociaux et son côté puriste du «Stand Up» américain se voient représentés dans ce décor à la fois digital et analogue. Digital, car contrôlé par un logiciel spécialement conçu pour interagir avec la console d’éclairage Grand MA nous donnant la disponibilité de diffuser du contenu et des messages en actionnant 315 moteurs indépendants. Analogue par l’ouverture de 315 portes mécanisées formant les pixels de ce mur mécanique. Le bruit des portes qui claquent nous rappelle celui des tableaux indicateurs des gares de train européen appuyant le côté abrasif de son humour. Chaque thème abordé par Guillaume nous voyait actionner les portes laissant passer la lumière pour créer des icônes et des ambiances appuyant le propos. Une symbiose entre l’artiste et son décor. Un des défis fut de créer un décor facilement démontable et transportable pour partir en tourner. Mais surtout de créer la technologie susceptible d’actionner les portes faisant office de pixels. Le système nous permet de contrôler chacun des 315 petits moteurs actionnant les portent pour les ouvrir et fermer à notre guise. Mais il fallait aussi coordonner l’éclairage en relation avec ces elles. Les pixels sont en fait des trous que nous pouvons voir grâce à l’éclairage de derrière et couvert d’une petite porte pour les fermer. Nous avons en plus créé un logiciel nous permettant d’afficher des messages tels «Twitter» en direct nous permettant aussi de créer des animations et des icônes nous contraignant à un univers de très basse résolution.

Loading more stuff…

Hmm…it looks like things are taking a while to load. Try again?

Loading videos…