LA CRISE DÉMOCRATIQUE

  1. En partenariat avec l'Institut Tribune Socialiste, l'Institut Edouard Depreux reçoit ROLAND CAYROL pour un débat autour des institutions qui nous gouvernent. L'IED s'interroge sur “ La séquence électorale de 2017 : marque-t-elle l’affermissement ou le déclin des institutions de la Vème République ? ”

    # vimeo.com/246153998 Uploaded
  2. Chantal Mouffe constate que l'idée de souveraineté populaire, qui avait été déclarée obsolète à l'âge de la mondialisation, fait un retour en force dans les discours qu'on dit populistes, tant de droite (Brexit, Trump, Le Pen...) que de gauche (Sanders, Podemos, Mouvement 5 étoiles...). Pourquoi ?
    Parce qu'il s'agit d'une manifestation de résistance face à la situation post-démocratique qui est le produit de trente ans d'hégémonie néo-libérale : la tension entre la tradition démocratique (souveraineté populaire, défense de l'égalité) et la tradition politique libérale (défense de l'État de droit, séparation des pouvoirs, défense des libertés) n'existe plus : tout ce qui a à voir avec la tradition démocratique a disparu. D'où une situation de "consensus" (il n'y a pas d'alternative à la globalisation néo-libérale), et dans le même temps un processus d'oligarchisation des sociétés (accroissement et concentration des inégalités).
    Le moment populiste est l'expression d'une réaction contre le moment post-démocratique, un appel pour redonner un caractère démocratique à nos sociétés, refuser la liquidation des souverainetés par le néo-libéralisme.
    Les populismes se construisent différemment. Le populisme de droite est construit comme une communauté nationale et sans volonté d'égalité. Le populisme de gauche a pour objectif de fédérer toute une série de demandes démocratiques, diverses, hétérogènes, afin de promouvoir l'égalité et de radicaliser la démocratie ; il est pluraliste, repose sur des chaînes d'équivalences, suppose des affects communs symbolisant non l'identité mais l'unité.
    La seule façon de lutter contre le populisme de droite, c'est un populisme de gauche.
    (Chantal Mouffe est philosophe. Sa réflexion s'articule notamment autour de l'idée de "démocratie radicale". Elle a publié récemment : L'illusion du consensus, Ed. Albin Michel)

    # vimeo.com/201438119 Uploaded
  3. Gaël Brustier s'est intéressé aux manifestations qui, récemment, ont fait de l'occupation de l'espace public le lieu principal des mobilisations : la Manif pour tous, puis Nuit Debout. Il voit dans ces mobilisations le symptôme d'une crise de régime politique : la révolte de certains groupes sociaux (les jeunes catholiques dans le cas de la Manif pour tous, les intellectuels diplômés mais précaires dans le cas de Nuit Debout) qui soudain ne sont plus parties prenantes du consensus qui avait jusqu'alors constitué la base du fonctionnement du régime de la V° République.
    On peut faire le parallèle entre Nuit Debout et le mouvement des places en Espagne, en Grèce, voire en Italie, trouver des accents communs avec les forums mondiaux, des mouvements d'Amérique latine...
    Les élites militantes ont parfois contesté la légitimité de Nuit Debout. On peut pourtant y voir une tentative de politisation de groupes sociaux, nés au coeur des bastions de la social-démocratie connectée à la mondialisation, capables d'aborder un grand nombre de thèmes, au croisement de préoccupations matérielles et non matérielles... mais sans stratégie ni relai politique. Pour Gael Brustier Nuit Debout témoignerait que l'on est entré dans une phase de crise politique aiguë, d'une volonté de subversion de la social-démocratie.

    # vimeo.com/202828787 Uploaded
  4. Henri Rey est directeur de recherches à Sciences po. Ses recherches portent notamment sur les comportements politiques et le militantisme de partI. Les enquêtes menées depuis 30 ans montrent une crise des partis à plusieurs niveaux : une crise de confiance et de crédibilité (la méfiance à l’égard des partis est le sentiment dominant), une crise de légitimité (le citoyen est de plus en plus critique, l’exécutif de plus en plus impopulaire), une crise d’efficacité (les partis apparaissent moins dynamiques et mobilisateurs que les syndicats, les associations, les mouvements émergents).
    La crise de l’identité de la Gauche apparaît d’autant plus forte que les anciennes formes d’alliance (du type « Gauche plurielle ») n’apparaisent plus possibles aujourd’hui, compte tenu des failles du personnel politique et surtout de l’inexistence d’un projet poltique spécifique ; la Gauche ne parvient plus à se distinguer d’un « centrisme européen », à être associée à l’idée de possibilités de conquêtes pour les travailleurs. D’où la rupture avec les ouvriers, rupture qui s’étend aujourd’hui à d’autres catégories, classes moyennes et cadres notamment.
    Les voies explorées par les nouveaux mouvements ont promu des réflexions intéressantes, réactivé des utopies, mais ont montré plus des volontés de résistance que de capacités à construire une alternative à l’économie néo-libérale mondialisée.

    # vimeo.com/218968262 Uploaded
  5. Piero Ignazi est professeur au Département des sciences politiques et sociales de l’Université de Bologne. Il observe que la crise des partis politiques que nous vivons aujourd’hui en Europe succède à un âge d’or : dans les années cinquante, après la 2° Guerre, les partis étaient à leur apogée : ils témoignaient alors du retour en Europe de la démocratie et du multipartisme. Avec leurs millions d’adhérents, leurs structures locales, leurs associations liées, ils étaient au centre de la vie politique.
    La rupture avec ce système commence dès les années soixante ; elle se développe dans les années quatre-vingt avec l’apparition des partis écologiques et des nouveaux partis d’extrême droite, l’émergence de mouvements « post-libertaires » remettant en cause les systèmes bureaucratiques, hiérarchiques. D’où la crise qui éclate au début des années 2000 : les partis sont imperméables aux critiques. Dans le même temps le développement des financements publics (des partis et des assemblées) aboutit à créer un système disposant de gros moyens mais ne répondant pas aux attentes des citoyens ; d’où la perte de confiance, les accusations d’inefficacité et de corruption, l’abandon des partis de gouvernement.
    Si, à certains moment, les mouvements sociaux (écologie, droits des femmes) ont été efficaces pour revitaliser les partis politiques, ce n’est plus le cas aujourd’hui : les partis politiques les ont absorbés, ont diminué leur efficacité. On peut penser toutefois qu’il y a encore un potentiel : les techniques informatiques changent la politique ; Internet permet de choisir ses engagements, l‘expression de positions différentes. Le Mouvement 5 étoiles en Italie témoigne bien des changements en cours (et des problèmes) à ce niveau.

    # vimeo.com/218943635 Uploaded

LA CRISE DÉMOCRATIQUE

Institut Tribune Socialiste Plus

Comment comprendre le délitement des systèmes politiques ? Comment s'en sortir ?
La dégradation du rapport des citoyens à la représentation politique connaît aujourd’hui une ampleur inégalée. La France est évidemment concernée, mais nous voyons bien…


+ More

Comment comprendre le délitement des systèmes politiques ? Comment s'en sortir ?
La dégradation du rapport des citoyens à la représentation politique connaît aujourd’hui une ampleur inégalée. La France est évidemment concernée, mais nous voyons bien que la perte de substance du rapport démocratique s’étend maintenant à toute l’Europe, ce qui témoigne de la profondeur de cette remise en cause
La crise systémique qui ébranle profondément les logiques de nos sociétés est impliquée dans la perte de substance du contrat démocratique, et les conséquences sociales d’une telle crise atteignent directement le vécu de nombre de citoyens, notamment dans les couches populaires. D’où le délitement d’un système d’alternance « socialistes/droite classique » aujourd’hui épuisé.
Quels sont les fondements d’une telle dégradation d’un principe jusqu’ici hautement
proclamé et comment trouver des éléments de solution ?

Browse This Channel

Shout Box

Heads up: the shoutbox will be retiring soon. It’s tired of working, and can’t wait to relax. You can still send a message to the channel owner, though!

Channels are a simple, beautiful way to showcase and watch videos. Browse more Channels.