Programme de conférences ICI (Intervenants culturels internationaux)

  1. Titre: Une infusion en forêt
    Date: jeudi 21 février 2019, de 12 h 45 à 13 h 45
    Lieu: Pavillon Judith-Jasmin, UQAM, Local J-6190, situé au 6e étage. 405, rue Sainte-Catherine Est (angle St-Denis) H2L 2C4

    La conférence se déroulera en anglais avec traduction ponctuelle en français.
    Le montage de la conférence d’Agnes Meyer-Brandis a une durée de cinq minutes pour respecter les consignes de l'artiste.

    Mots-clés : art et science, climats et forêts, atmosphère

    Partenaire : Goethe-Institut Montréal

    L’artiste allemande Agnes Meyer-Brandis présentera la recherche artistique qu’elle mène depuis 2014 sur la forêt et le climat, notamment à la Station SMEAR (Station for Measuring Ecosystem Atmosphere Relations) à Hyytiälä, en Finlande, et dans d’autres stations de recherche forestière en Europe. La conférencière discutera de la relation insoupçonnée créée entre une tasse de thé, des arbres et les nuages ainsi que de l’insaisissable matière qui flotte entre eux. C’est ainsi qu’elle abordera les méthodes artistiques et scientifiques à l’essai pour mesurer l’invisible.

    Agnes Meyer-Brandis a étudié la minéralogie pendant un an avant de poursuivre des études en art à l’Art Academy de Maastricht, à la Düsseldorf Art Academy puis à la Media Art Academy, à Cologne. Issue de la sculpture et des arts médiatiques, sa pratique explore la zone mitoyenne entre le réel et la fiction, de même que le réalisme variable des assemblages. Lauréate de plusieurs prix, Meyer-Brandis a notamment exposé au Centre Pompidou (Paris), au Musée d’art contemporain de Berlin, au House of Electronic Arts (Basel), à la Galerie nationale du Danemark SMK (Copenhague), au Musée national des Beaux-Arts de Taiwan, au FACT (Liverpool), à apexart (New York) et à Ars Electronica (Linz).

    ffur.de

    # vimeo.com/319641747 Uploaded
  2. Titre: Diriger un musée tout en étant pressé et inadapté
    Date: jeudi 31 janvier 2019, de 12 h 45 à 13 h 45
    Lieu: Pavillon Judith-Jasmin, UQAM, Local J-6180, situé au 6e étage
    405, rue Sainte-Catherine Est (angle St-Denis) H2L 2C4

    Mots-clés : musée, société, communauté, identité, diaspora

    Le cycle de conférences du Programme ICI se poursuit avec Gaëtane Verna. Directrice du Power Plant Contemporary Art Gallery à Toronto, elle présentera son parcours de conservatrice ainsi que sa vision de la direction d’une institution muséale intégrée au sein d’une communauté et d’une ville, tout en rayonnant de manière pertinente autant au niveau national qu’international. Les nombreuses transformations qu’elle a opérées au sein du Power Plant depuis 2012 lui ont permis de réaffirmer le mandat de la galerie en diffusant et soutenant les pratiques engagées d’artistes canadiens et internationaux, tout en renouvelant l’audience et les programmes éducatifs. Soucieuse de créer des ponts entre l’œuvre et le public, elle s’intéresse à des pratiques diversifiées et multiples.

    De 1998 à 2006, Gaëtane Verna a occupé le poste de conservatrice à la Galerie Foreman de l’Université Bishop’s, où elle a organisé de nombreuses expositions d’artistes canadiens et internationaux. Elle a ensuite été directrice générale et conservatrice en chef du Musée d’art de Joliette de 2006 à 2012. Elle a enseigné au Département d’histoire de l’art de l’Université Bishop’s ainsi qu’à l’UQAM. Elle est titulaire d’une maîtrise et d’un DEA de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne ainsi que d’un diplôme international en administration et conservation du patrimoine de l’École nationale du patrimoine de Paris. En avril 2017, Gaëtane Verna a reçu l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres du ministère de la Culture en France.

    Uploaded
  3. Titre: Drawing Worlds
    Date: Jeudi 24 janvier 2019, de 12 h 45 à 13 h 45. Entrée libre
    Lieu: Pavillon Judith-Jasmin, UQAM. Local J-7120, situé au 7e étage
    405, rue Sainte-Catherine Est (angle St-Denis) H2L 2C4

    La conférence se déroulera en anglais avec traduction ponctuelle en français faite par Stephen Schofield

    Mots-clés : dessin, perte, empathie, sentience du non-humain

    L’équipe du Programme ICI est ravie de lancer la nouvelle saison avec la conférence d’Ed Pien dans le cadre de la rétrospective qui lui est consacrée au 1700 La Poste (12 octobre 2018 – 20 janvier 2019). Connu pour ses installations monumentales et ses dessins s’inspirant de mythes de diverses cultures, et plus récemment, des mythes inuits, l’artiste présentera son plus récent travail. Intégrant la photographie et la vidéo à sa pratique d’une grande spontanéité, il s’intéresse à l’eau et au concept de sentience non humaine de la matérialité. Sa recherche sur la représentation des traumatismes suscite une réflexion marquée par la responsabilité, le respect et l’empathie. Depuis 2014, il explore la notion du passage du temps avec un groupe d’aînés de St. Agustine, en banlieue de La Havane, à Cuba. Avec ce projet en cours dont la fin sera déterminée par la mort – celle de l’artiste ou celle des participants –, l’artiste invite à réfléchir aux notions de perte, de deuil, de résilience et de guérison.

    Né à Taiwan, Ed Pien vit et travaille à Toronto. Il détient un baccalauréat en Beaux-arts de l’Université of Western Ontario ainsi qu’une maîtrise en Beaux-arts de l’Université York. Son travail a été présenté tant au Canada qu’à l’international, notamment au Musée des beaux-arts du Canada, au Musée d’art contemporain de Montréal, au Drawing Centre (New York), au Centro Nacional de las Artes (Mexico), au Goethe Institute (Berlin), au Songzhuang Art Centre (Beijing), à la Biennale de Moscou et à la Biennale de Sydney. L’artiste remercie le Conseil des arts de Toronto, le Conseil des arts de l’Ontario et le Conseil des arts du Canada de leur appui financier. Pien est représenté à Montréal par Pierre-François Ouellette art contemporain (PFOAC).

    # vimeo.com/315240296 Uploaded
  4. Titre: Un travail sans garanties
    Date: jeudi 29 novembre 2018, de 12 h 45 à 13 h 45. Entrée libre.
    Lieu: Pavillon Judith-Jasmin, UQAM. Local J-7170, situé au 7e étage. 405, rue Sainte-Catherine Est (angle St-Denis) H2L 2C4

    Mots-clés : image, mots, traduction, tentative

    Artiste en résidence au programme Pratique singulière de l’École des arts visuels et médiatiques, Blanca Casas Brullet présentera sa pratique qui intègre photographie, vidéo, dessin, sculpture et performance. Avec un souci constant porté aux processus de transformation, l’artiste catalane interroge la représentation et l’apparition de l’image. Son travail prête une attention particulière au langage, à la polysémie des mots, à la charge poétique que recèle la traduction d’une langue à l’autre et à l’étrangeté de la traduction littérale de certaines métaphores en images. Elle s’intéresse au travail de création en tant que lieu où l’artiste déploie un langage plastique pour tenter de « faire sens » tout en « faisant forme ». L’atelier, la table de travail et la page blanche deviennent ses dispositifs d’exposition. Débordements, coulures, froissements, trous et accrocs, accidents de parcours de la matière plastique en transformation s’inscrivent comme des motifs récurrents dans ses œuvres qui pointent vers la question de l’essai, de la tentative ou de l’inachevé pour devenir ainsi des formes critiques. Il s’agit donc, pour l’artiste, de faire image d’un travail qui peut être efficace ou inopérant, être performant ou pas, être productif comme vain. Un travail sans garanties.

    Née à Mataró (Catalogne) en 1973, Blanca Casas Brullet vit entre Paris et Barcelone. Diplômée en Beaux-arts de l’Université de Barcelone (1996), elle a poursuivi sa formation à l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris (1999). À travers ses pièces qui prennent comme référence la forme de l’essai et du brouillon, elle cherche à rendre sensible la transformation du matériau, l’émergence de l’image, le balbutiement du sens. Elle montre son travail régulièrement dans des expositions individuelles et collectives, notamment Material Sensible (Galeria Rocio Santa Cruz, Barcelone, 2018), Architextures de paysage #1 (Château d’Oiron, France, 2017), Drôle de Trame (Le Fresnoy, Tourcoing, 2016) Réparer à l’endroit de l’accroc le tissu du temps (La Tôlerie, Clermont-Ferrand, 2015), Le corps invisible (Galerie Édouard Manet, Gennevilliers, France, 2014).

    # vimeo.com/304669612 Uploaded
  5. Titre: Si nous sommes d’ici… art et engagement
    Date: Jeudi 8 novembre 2018, de 17 h 45 à 18 h 45
    Lieu: Pavillon Judith-Jasmin, UQAM, Local J-7170, situé au 7e étage. 405, rue Sainte-Catherine Est (angle St-Denis) H2L 2C4

    Mots-clés : recherche curatoriale, appartenance, activisme

    Le Programme ICI est ravi d’accueillir Dominique Fontaine qui présentera sa pratique curatoriale et son parcours de commissaire en art contemporain. Sa conférence mettra en évidence le rôle que les expositions d’art contemporain jouent dans le développement d’une meilleure connaissance et d’une compréhension plus complexe de l’œuvre des artistes Noirs canadiens, d’ascendance africaine ou de la diaspora africaine. En prenant comme exemple l’exposition qu’elle a co-commissariée Nous sommes ici, d’ici : L’art contemporain des Noirs canadiens (Musée des beaux-arts de Montréal, 2018), elle discutera comment l’art contemporain permet d’aborder les questions pérennes de race, d’exclusion et d’appartenance sous un autre angle.

    Dominique Fontaine a une connaissance approfondie de la scène internationale et nationale des arts visuels et numériques. Depuis 2013, elle collabore à titre de commissaire-consultante au programme Of Africa du Royal Ontario Museum (ROM) à Toronto. En 2013, elle était membre du jury international du Mémorial permanent en souvenir des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique aux Nations-Unies (New York). Au cours de l’année 2015, elle était commissaire en résidence à articule, où elle a mené une recherche sur les relations entre art, migration et représentation dans le contexte montréalais et des pratiques artistiques contemporaines par le biais des notions d’appartenance et des politiques d’appartenance. Diplômée en administration des arts et en arts visuels de l’Université d’Ottawa, Dominique Fontaine a poursuivi des études supérieures en conception et organisation d’expositions au centre d’art De Appel à Amsterdam, Pays-Bas. En 2005, elle fonde aposteriori, une structure à but non lucratif qui s’intéresse à la recherche curatoriale et à l’innovation dans les domaines de la documentation, du développement, de la production et de la promotion de diverses pratiques artistiques contemporaines. Parmi ses récents projets, mentionnons : Here We Are Here: Black Canadian Contemporary (Royal Ontario Museum, 2018), Dineo Seshee Bopape: and- in. the light of this._______ (Fonderie Darling, 2017), Repérages ou À la découverte de notre monde ou Sans titre (articule, 2016), Between the earth and the sky, the possibility of everything (Scotiabank Nuit Blanche Toronto, 2014).

    # vimeo.com/300776766 Uploaded

Programme de conférences ICI (Intervenants culturels internationaux)

Vidéos des conférences ICI

Browse This Channel

Channels are a simple, beautiful way to showcase and watch videos. Browse more Channels.