1. supernovaeditions.com/taniere-de-lunes/
    TANIÈRE DE LUNES
    Maria-Mercè Marçal
    Traduit du catalan par Anna Serra
    Préface de Fina Llorca
    Préface : Fina Llorca
    Conception graphique : Régis Glaas-Togawa
    Couverture : Isabelle Menin
    Prix public : 13 euros
    Format : 14 x 25 cm
    120 pages
    2016
    ISBN: 978-2-9548180-5-4

    EXTRAIT DE LA PRÉFACE DE FINA LLORCA
    Cau de llunes, 40 ans après, en français

    Cau de llunes, récompensé par le prix Carles Riba en décembre 1976, révèle Maria-Mercè Marçal, qui vient d’avoir 24 ans. Ce livre rassemble les poèmes écrits depuis ses 21 ans, comme nous l’informe l’édition de ses œuvres complètes publiées de son vivant sous le titre Llengua Abolida. La femme de basse classe et de nation soumise qu’on découvre à travers la “Divisa” (“Devise”) laquelle devint sa carte d’identité, était professeure de catalan au lycée de Sant Boi de Llobregat, dans ce lieu qu’on appelait le “Cinturo roig de Barcelona” (“Ceinture rouge de Barcelone”).

    Quarante ans après la remise du prix, la traduction en français est prise en charge par quelqu’un, une femme, poète aussi, qui a senti l’écho des mots et des expériences vécues avec la fraîcheur renouvelée d’une lecture faite avec des yeux nouveaux et avec d’autres expériences. Il est vrai que nous sommes loin déjà de la nuit du franquisme. La lutte d’une nation soumise en est à une autre étape.
    Nous ne saluons pas le début du féminisme, étant bien dans un autre monde avec une autre conscience de femme, dans un autre pays, un autre monde. Le “dur desig” eluardià (“le dur désir” éluardien) de durer qu’évoquait Marçal, n’était pas vraiment celui de passer à la postérité, mais plutôt le désir que les mots continuent de créer de nouvelles significations et c’est justement cela que nous voyons arriver, arriver et arriver sans cesse dans l’œuvre de Marçal. Que pouvons-nous saisir en 2016 de la poésie de Cau de llunes?

    Anna Serra en a saisi la magie du langage qui évoque une tradition qui peut-être n’a jamais été, qu’en tout cas Marçal construit pour libérer le corps et la vie de la tyrannie, de toutes les tyrannies, de la négociation avec sa propre langue, de la soumission et de l’aliénation. Pour que tout ceci puisse retourner vivre quarante ans après, après l’année 1976.

    À PROPOS DE L’AUTEUR
    Maria-Mercè Marçal de son vrai nom Maria-Mercè Marçal i Serra est née en 1952 au Pla d’Urgell et décédée en 1998 à Barcelona. Elle est une des poètes catalanes les plus connues de la deuxième moitié du XXe siècle. Elle est l’auteure de plus d’une dizaine d’ouvrages, dont un unique roman largement primé « La passion selon Renée Vivien » et une anthologie qui regroupent des poètes catalanes du XXe siècle.
    Diplômée de philologie classique, elle est enseignante de langue et littérature catalanes et traduit en catalan Yourcenar, Sagan, Colette, Akhmàtova et d’autres.
    C’est pendant la période de transition qui va de la fin du franquisme au début de la démocratie que Maria Mercè Marçal commence à écrire. Elle est une militante féministe engagée contre le franquisme au sein de l’Assemblée de Catalogne puis d’un parti de gauche.
    « Cau de llunes », premier recueil publié en 1977, montre d’emblée l’importance que peut avoir pour Marçal la défense de la voix des femmes tout autant que de la langue catalane. Dans ce recueil elle exprime aussi sa révolte contre les abus du pouvoir avec un texte qui raille le dictateur Pinochet (« Malediccio amb estrella », in Cau de Llunes) ou les violences du pistolérisme à travers un texte qui rend hommage à Francesc Layret. Marçal tient en outre à attirer notre attention sur l’œuvre de plusieurs poètes (Clementina Arderiu, Felicia Fuster, Maria Antonia Salva, Rosa Leveroni, Sylvia Plath, etc.) bien trop méconnues, sur des auteurs qui l’ont marquée comme Federico Garcia Lorca mais aussi sur le vivier de la littérature populaire que sa mère lui a transmis oralement.
    Ainsi, on retrouve tout au long de son œuvre les apports de la tradition orale de la chanson populaire, del cançoner popular, qu’elle partage avec l’auteur Joan Brossa.
    Elle n’hésite pas non plus à reprendre les formes fixes de l’ode saphique, de la sextine ou encore du sonnet et d’autres formes issues directement de la poésie troubadouresque du XVe siècle et du XVIe siècle, ce qui explique par exemple qu’elle conserve le mot amour au féminin. Ces formes deviennent pour la poète le canon idéal de l’expression de thèmes inédits comme l’homosexualité féminine (1982, Terra de Mai, en référence à son amie du même nom). Son œuvre est connue en France à travers la publication d’une anthologie aux éditions Bruno Doucey publiée en 2013, et qui reprend en titre la devise de Maria Mercè Marçal : Trois fois rebelle.

    soundcloud: soundcloud.com/supernovaproject-1
    facebook : facebook.com/Supernova-456222591165629/?fref=ts
    vimeo : vimeo.com/supernovavideo
    jungle juice : facebook.com/junglejuicesupernova/?ref=bookmarks

    # vimeo.com/175277308 Uploaded 116 Plays 0 Comments
  2. > j-mahtab [monsieuRdurand] ‘Soleil Vert’ [phonesthésie] 2000
    du grec [enaisthêsia] sensibilité vive, [aisthêsis] sensation, sensibilité physique au son [phônê]...
    Le modelage dynamique de l’oeuvre convie l’auditeur lors de la performance à expérimenter et à éprouver physiquement le son.
    Conçue pour être jouée fffff...(fortissississimo), 120 décibels en moyenne, soit l’équivalent du volume sonore d’un réacteur d’avion ; la poésie nous est révélée plastiquement à même la matière, à corps vibrant, sans concession !
    > Historique du projet vidéo pour Soleil Vert [vidéo] 2004, création
    Février 2004, j-mahtab, connaissant le travail de l'Oeil Marron depuis 1996, visionne les rushs préparés pour le mix de Radio-Bomb au Médiator, le 06. Il découvre un point de contact avec l'une de ses compositions : Soleil Vert, et décide de passer commande d'une vidéo sur le thème de la guerre. Durant le montage, débuté le 07 avril, les attentats de Madrid du 11 vont donner un sens radical à la création en cours. Pressé par le temps, l'Oeil Marron aura bouclé le film en sept jours.

    # vimeo.com/156851988 Uploaded 65 Plays 0 Comments
  3. Atelier clip danse-vidéo Réalisé entre le 15 et le 19 février 2016 à la Médiathèque d’agglomération Pôle culturel Chabran - Draguignan
    Avec Sawssan, Soha, Alexandre, Djemaba, Hadja, Morgane, Manaëlle, Alexy, Chloé, Molka, Timothé, Baptiste, Anas, Louise, Jihane, Malika, Myriam,Giulia, Charlotte, Ethan, Louis, Théo & Andrea.
    Réalisation Sarah Brown
    Musique "Bubble Dub" de LOAN (album Drop Circles)
    Production association Rezokult

    # vimeo.com/156425492 Uploaded 52 Plays 0 Comments
  4. Atelier Optical crew à Draguignan
    Vidéo réalisée en live avec Inès, Maï-Ly, Charline, Maathis, Maïlise & Nathaël, dirigée par Sarah Brown, sur le morceau "Waterways" de Loan, à la Médiathèque d'Agglomération Dracenoise le 23 décembre 2015.

    # vimeo.com/150691515 Uploaded 31 Plays 0 Comments
  5. Projection cinéma de Cécile Babiole et Sarah Brown fait partie de la série documentaire
    consacrée aux machines obsolètes et à leur mode d'emploi.

    Ces dernières années, les salles de cinéma sont quasi toutes passées au numérique. Elles se
    débarrassent de leurs projecteurs à pellicule et aussi, dans la foulée, de leurs projectionnistes.
    Il était plus que temps d'aller recueillir les témoignages de ceux qui ont utilisé ces machines et
    ainsi de créer les archives de demain avant qu'il ne soit trop tard.

    Nous avons rendu visite à Antoine Scholler, projectionniste itinérant en Alsace durant de
    nombreuses années, à Nicolas Schwartz, directeur technique des cinémas d'Art et Essai Star et
    Star Saint-Exupéry à Strasbourg et à Jean-Jaques Meyer à Hirtzfelden où il prend soin de sa
    collection* de plusieurs centaines de projecteurs anciens.

    Ces trois amoureux du cinéma nous racontent comment se déroulait une séance de projection, le
    montage et le chargement des bobines, les différentes manipulations à effectuer durant la séance,
    la beauté et l'ingéniosité des machines auxquelles ils vouent une passion.
    * Jean-Jaques Meyer tient à rendre hommage à son père Emile et à son frère Roland qui ont initié
    et développé la collection dont il est aujourd'hui le conservateur.

    Réalisation : Cécile Babiole et Sarah Brown
    Une production Espace multimédia gantner - Conseil Départemental du Territoire de Belfort

    # vimeo.com/149274890 Uploaded 281 Plays 0 Comments

Sarah Brown - L'Oeil Marron

Sarah T. Brown Plus

video experiment by Sarah Brown - L'Oeil Marron

Browse This Channel

Shout Box

Heads up: the shoutbox will be retiring soon. It’s tired of working, and can’t wait to relax. You can still send a message to the channel owner, though!

Channels are a simple, beautiful way to showcase and watch videos. Browse more Channels.