La Voix des Mots

  1. Le 15 mars à 19h30, dans le cadre des lectures de TèmPoésie, trois poètes “exilés” à la Maison Rhénanie Palatinat
    Tzveta Sofronieva, José Oliver et Marina Skalova sont trois poètes polyglottes, ayant leurs racines ailleurs et vivant dans un exil librement choisi. Leur poésie se fond sur cette double, voire triple expérience de déracinement/enracinement géographique, culturel et linguistique. Ils liront leurs poèmes et parleront de leurs expériences autour des questions du multilinguisme, de l’exil et de leur positionnement de poètes au-delà des frontières.

    “Grandir en plusieurs langues démultiplie sa compréhension du monde” affirme Bernard Banoun en parlant de José Oliver.
    Tzveta Sofronieva
    Grande voix de la poésie Bulgare, Tzveta est une poète et perforeuse née en Bulgarie qui compte de plus en plus dans le paysage littéraire allemand. Après un exil aux USA, elle vit désormais à Berlin depuis 1992 où elle a publié de nombreux recueils à la fois en allemand, en anglais et en bulgare. Très vite, ses ouvrages sont traduits dans de nombreuses langues, lui donnant ainsi un rayonnement international. Elle est traduite en français par le poète José Portante et sa poésie est primée à maintes reprises aussi bien en Allemagne qu’en Bulgarie.

    José Oliver
    Né en 1961 dans la petite ville industrielle de Hausach en Forêt Noire, où il a fondé un festival annuel de poésie désormais réputé, José Olivé est issu d’une famille originaire de Málaga qui émigra en République Fédérale d’Allemagne en 1960. Ses deux langues sont l’allemand et l’espagnol, mais sur cette dualité s’en greffe une autre, celle des dialectes andalous et alémanique parlé en Forêt Noire. José Oliver est un poète ensorcelé par la langue et exprime son art de la lecture en associant le texte et le chant, créant ainsi des chorus de sons…

    Marina Skalova
    Est née en 1988 à Moscou. Après avoir grandi, étudié et travaillé entre Paris et Berlin, elle s’installe en Suisse en 2013, où elle obtient un Master en Pratiques de l’art contemporain à la Haute École des Arts de Berne. Elle publie d’abord des textes en revues (dont Décharge…). Elle est lauréate du Prix de la Vocation en Poésie pour le recueil bilingue Atemnot (souffle court), paru en 2016 chez Cheyne éditeur. Elle a été invitée pour des lectures en Suisse, en Allemagne, en France, mais aussi en Russie et en Ukraine. Elle anime des ateliers d’écriture et travaille également comme traductrice littéraire.

    # vimeo.com/260536644 Uploaded
  2. Carte blanche à Jean Portante en compagnie de Zoë Skoulding et de Tzveta Sofronieva le 9 MARS 2017

    Jean Portante
    Né en 1950 à Differdange. Son œuvre, riche d'une quarantaine de livres – poésie, romans, essais, pièces de théâtre est largement traduite. En France, il a reçu le prix Mallarmé en 2013, et la même année le Prix d'automne de la Société des gens de lettres. En 2011, il a été couronné du Prix national au Luxembourg, pour l'ensemble de son œuvre. Il a traduit Zoë Skoulding et Tzverta Sofronieva. Au Luxembourg il est le directeur littéraire de la revue Transkrit. En France, il anime la revue Inuits dans la jungle, revues dédiés essentiellement à la traduction.

    IL EST MIDI, dans la valise dort un amour. le vent se tait. le soleil aussi. on n'est pas très bavard dans l'air de midi. c'est ainsi que naît le deuxième silence. le vent fait un signe à l'amandier. mais ce dernier parle déjà une langue étrangère.

    Son enfance, qu'il met en fiction dans son roman Mrs Haroy ou la mémoire de la baleine, a été marquée par cette double appartenance, ou plutôt par une double non appartenance, puisque comme chaque voyageur, il s'est senti très tôt comme un citoyen de terre de personne. À l'instar de la baleine, ce mammifère ayant décidé d'émigrer dans l'eau des océans, il sait qu'il n'appartient ni à la terre quittée ni à celle rejointe.

    Toute son œuvre, riche d'une quarantaine de titres, en est imprégnée. Une œuvre écrite en français. Car la langue participe du déracinement. Or, le français est, pour Jean Portante, une langue à l'extérieur de son binôme Italie-Luxembourg, une langue apprise, apprivoisée, mais qui sans cesse reste à conquérir.

    Jean Portante, dit à son sujet que c'est une «étrange langue» (c'est le titre d'un de ses recueils, couronné en France par le Prix Mallarmé), dans la mesure où elle reflète la petite Babel de la maison familiale de son enfance où l'on parlait à la fois italien et luxembourgeois, mais aussi le français. Dans l'entrelacs linguistique du Luxembourg, où les enfants sont alphabétisés en allemand, cela ne peut déboucher, dans l'écriture, que sur cette «étrange langue», ou «langue baleine»: c'est-à-dire une langue qui a l'aspect du français (comme la baleine ressemble à un poisson), mais à l'intérieur de laquelle respirent (comme le poumon de la baleine) la langue italienne et les autres idiomes du territoire.

    L'écriture de Jean Portante devient ainsi un incessant voyage d'une langue à l'autre, ce qui permet, dans sa poésie surtout, de «néologiser», donc d'«étrangéiser» la langue française. Jean Portante parle aussi d'«effaçonner» (autre titre d'un de ses recueils). Il s'agirait alors, tout en façonnant l'écriture, de l'effacer, afin que surgisse la véritable langue.

    L'œuvre poétique de Jean Portante est un lent «effaçonnement», alors que dans ses romans il mêle histoire, autobiographie et fiction, pour démêler les pièges de la mémoire, de l’identité, de l’enracinement, des migrations, thèmes centraux de ses livres.

    jeanportante.com

    L'association l'œil Avisé à réalisé le reportage de la soirée TèmPoésie du 09 Mars 2017.
    Soirée organisée par l'association la VOix des de Mots à Dijon à la Maison de Rhénanie-Palatinat
    Reportage loeil-avise.com
    Organisation Reportage Dominique LEMAIRE
    Prises de vues & Montage Gilles LEBAULT

    # vimeo.com/209048306 Uploaded
  3. La VOix des MOts - programmation de TèmPoésie - dernière rencontre de la saison : "Carte Blanche à Jean Portante". Le vendredi 10 mars, les trois poètes invités pour le 19e Printemps des Poètes : Tzveta Sofronieva, poète bulgare, Zoë Skoulding, poète galloise et Jean Portante, poète luxembourgeois, rencontrent les élèves de la classe UP2A du lycée professionnel Antoine Antoine de Chenôve. (UP2A : UNITÉ PÉDAGOGIQUE POUR ÉLÈVES ALLOPHONES ARRIVANTS)
    Une vingtaine d'élèves dans cette classe, ont préparé des lectures des poèmes des trois invités, soit en Français, soit en anglais. Chaque élève est revêtu d'un tee shirt blanc, sur lequel est imprimé le mot LIBERTÉ, mais écrit dans la lange du pays auquel appartient le porteur. Lectures individuelles ou lectures à plusieurs voix. Un rare moment d'intensité. Doublé d'une grande émotion.
    Ces élèves, pour la plupart ont des parcours de vie très difficiles, très douloureux. Leur volonté de s'en sortir, notamment en apprenant à s'exprimer dans la langue du pays qui les accueille est remarquable. Des questions très pertinentes sont posées aux trois poètes, sur leur œuvre poétique et sur leur parcours personnel. La rencontre dure deux heures et demi ; les élèves en oublient l'heure du déjeuner. Les pays présents sont : Salim : Darfour / Nesrin : Syrie / Siaka : Côte d'Ivoire / Fatima : Algérie / Marko : Albanie / Kémoko : Guinée Conakry / Amadou : Mali / Amadou : Guinée Conakry / Safa : Syrie / Akther : Bangladesh / Farhad : Afghanistan / Mohamed : Guinée Conakry / Zainab : Nigeria / Luiza : Kosovo / Arjola : Albanie / Cynthia : République Démocratique du Congo / Julio : Angola / Sukhbinder : Inde / Edlira : Kosovo / Medina: Kosovo.

    Reportage 7emeCLIC.com.com
    Organisation Reportage Dominique LEMAIRE
    Prises de vues & Montage Gilles LEBAULT

    # vimeo.com/207993861 Uploaded
  4. Soirée TémPoésie Dijon 15 février 2018
    Invité Max de Carvalho
    Né d’un père polonais et d’une mère carioca, tous deux grands chanteurs lyriques, Max de Carvalho Wyzuj naît en 1962 à Rio de Janeiro. Suivant ses parents, il voyage beaucoup en Europe avant de s’installer au Luxembourg puis à Paris en 1970 où il fait des études de lettres modernes et de civilisation portugaise à l’université de Nanterre. En 1985 il crée La Treizième, grande revue littéraire, spécialisée dans la poésie contemporaine, qui publie des textes de Yves Bonnefoy, Marcel Cohen, Bernard Collin, François Cheng, Herberto Helder, Nuno Judice, Antonio Ramos Rosa, entre autres. Grâce à lui se font connaître de nombreux mythes indiens recueillis au Brésil par les frères Villas-Boas et par Darcy Ribeiro. À partir de 1989, il organise le premier « Salon des revues » à l’école de Beaux-Arts de Paris et publie le premier Catalogue des revues culturelles en 1990. Deux ans plus tard, il s’installe dans les Cévennes pour se consacrer à son œuvre poétique. Relecteur, il travaille en parallèle avec des maisons telles Gallimard ou Albin Michel. Sa sensibilité incomparable et sa connaissance de la poésie fait de Max de Carvalho l’un des poètes les plus complets et talentueux de notre époque et l’un des plus éminents connaisseurs de la littérature brésilienne. Traducteur d’Herberto Helder, il a dirigé le projet éléphantesque d’une anthologie bilingue de poésie du Brésil, du XVIe siècle à 1940. En 2015, il remporte le Prix Littérature et sport pour son recueil La Consécration du désastre. A lire également : Adresse de la multiplication des noms, Enquête sur les domaines mouvants.

    # vimeo.com/256054166 Uploaded
  5. Durs Grünbein
    Poète et essayiste, traducteur, est né au bord de l'Elbe le 9 octobre 1962. Il a obtenu le prix Georg-Büchner à 33 ans en 1995. Ce qui fait de lui le plus jeune récipiendaire de ce prix. Son importance ne fait que croître depuis sa consécration à la chaire de poétique de l'Université de Francfort pour sa conférence "De l'importance des mots" en 2009. Il est membre de l'Académie des Arts de Berlin. En France, ses poèmes ont été traduits par Nicolas Grenier et Jean-Yves Masson.

    L'association l'œil Avisé à réalisé le reportage de la soirée TèmPoésie du 16 février 2017.
    Soirée organisée par l'association la VOix des de Mots à Dijon à la Maison de Rhénanie-Palatinat
    "Rencontre & Lecture" avec Durs Grünbein
    Reportage loeil-avise.com
    Organisation Reportage Dominique LEMAIRE
    Prises de vues & Montage Gilles LEBAULT

    # vimeo.com/204651624 Uploaded

La Voix des Mots

7 ème Clic PRO

Cette chaîne est organisée par 7ème Clic Elle intègre les vidéos réalisées lors des rencontres poétiques "TemPoésie"
Production: 7emeCLIC.com.com
Vidéos sur vimeo.com/7emeclic

Browse This Channel

Channels are a simple, beautiful way to showcase and watch videos. Browse more Channels.