Jerome LAIRAUDAT

Joined
Blois FRANCE

User Stats

Profile Images

User Bio

DIACHRONIE :

Enfant de baby-boomer, X génération selon les classifications com', Jérôme LAIRAUDAT entreprend des études de philosophie, comme une recherche des arrières monde, une ascension illusoire de la caverne. Pendant cette période il apprend la prise de vue et le traitement argentique noir et blanc.
Puis c’est le retour dans la caverne : musique électronique, travail sur le son, act painting et débordements.
Viennent les premières expositions de travaux à l’huile proches de l’expressionnisme abstrait et réalisés en état de transe (expositions à Blois, Loir et Cher à partir de 2003). Parallèlement J.lairaudat expérimente la vidéo, avec des préoccupation « métaphysiques » : réalisation, montages et projection au festival « les rockomotives » à Vendôme en 2003.

En 2007 il suit une formation professionnelle de photographe. En 2008 la confluence de ces différents chemins empruntés le conduit à réaliser des "kineticopys", des autoportraits vidéos et des courts à partir de photographies et de prise de vue au scanner, ainsi qu’à travailler des prises de vue purement photographiques.

Cf. djelairaudat.magix.net/website et jeylair.magix.net/website/

En 2009 : exposition au 15ème salon des artistes régionaux de Ouchamps pour des travaux à l’huile et pigment faits maison.

Mai/juin 2009 exposition Transphysique au Mixgraphik à Blois (Prises de vue numériques et installation vidéo : mixgraphik.com/mixnews/index.php?2009/05

Avril/Mai 2010 Exposition de peintures et installation vidéo au cloitre de l’hôtel du département Loir et cher (cylcle jeunes talents).

Juin 2010 portes ouvertes des ateliers d’artistes Loir et Cher.

Juillet 2010 Expo Marché couvert vendôme 41.

Octobre 2010 Automnales de la photographie 41.
39ème grand prix de Bracieux Loir et Cher 41.

SYNCHRONIE :

Recherche de l'exaltation, de la transe. Depuis toujours sentiment d'inquiétante étrangeté envers les choses, envers les gens. Envie d'apprendre.
Fasciné par la dépersonnalisation, J.LAIRAUDAT s’est placé face à lui-même en situation de distorsion dans une longue série d’autoportrait (série « DEPERSONALISATION et KINETICOPYS ») pour afficher une cénesthésie inquiétante.
Il s’agit aussi d’un questionnement sur l’identité. Ces thèmes chers à l’artiste deviennent une sorte d’obsession à mesure que ces vidéos d’animation s’accélèrent, distordent le corps pour le rendre irréel étranger à lui-même et pourtant identique.

Il reprends ces même thèmes dans la série TOYS qui sont des morphings de jouets et de portraits. Fasciné par des peintres tels Dubufet, Jérome LAIRAUDAT a tenté de produire une sorte « d’art brut » numérique, teinté de maladresses ou fausse naïveté …

External Links