CORAILLEURS, à la vie à la mort