Compagnie DCA/Philippe Decoufle PRO

Joined
Saint-Denis

User Stats

Profile Images

User Bio

1983 : Venu à la danse par les cours d’expression corporelle d’Isaac Alvarez ou l’école de cirque d’Annie Fratellini, Philippe Decouflé, après un parcours de danseur (Régine Chopinot,
Alwin Nikolais) fonde sa compagnie «Vague Café», rapidement connue sous le nom de DCA : Vague Café du nom de son premier spectacle plébiscité par le public et les institutions, DCA pour Decouflé’s Company for the Arts ou Défense Contre Avion, c’est selon.
Philippe Decouflé monte ensuite plusieurs spectacles sur un ton résolument humoristique et décalé (Surprises, Fraîcheur Limite, Soupière de Luxe,Tranche de Cake...) et son nom se fait peu à peu connaître en France et en Europe.
En 1986, le succès de Codex contribue à la définition d’une identité artistique de plus en plus affirmée : Codex s’inspire en effet d’une encyclopédie dessinée dans la fin des années 70 par un jeune italien, Luigi Séraphini, dont les animaux fantastiques, les plantes imaginaires et les légumes vivants vont nourrir l’imaginaire chorégraphique de Philippe Decouflé bien au-delà de ce seul spectacle.
Au croisement de son travail de chorégraphe, il s’intéresse au cinéma. Dès la création de sa compagnie, il réalise des vidéos danse - La Voix des Légumes, Jump - et un peu plus tard un court-métrage, Caramba, suivi de vidéo-clips – True faith pour New Order et She drives me crazy pour les FineYoung Cannibals.
1989 est l’année d’une reconnaissance grand public avec le succès du défilé Bleu Blanc Goude sur les Champs-Elysées à Paris, clou des célébrations du bicentenaire de la Révolution Française, pour lequel Philippe Decouflé chorégraphie la Danse des sabots. Il reçoit également un Lion d’argent au festival de Venise, qui récompense sa publicité pour Polaroïd.
L’année suivante marque un retour vers la scène avec Novembre puis Triton, spectacle sur le thème du cirque. Philippe Guillotel, artiste plasticien, entre alors dans la compagnie et réalise de surprenants costumes qui mettent en valeur un geste chorégraphique de plus en plus personnel.
En 1992, Philippe Decouflé se voit confier la mise en scène des cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux Olympiques d’Albertville. A cette occasion s’affirme l’importance du collectif au sein de la compagnie : Pascale Henrot, Christophe Salengro, Eric Martin ou encore Philippe Guillotel et Jean Rabasse, ainsi que les musiciens Joseph Racaille, Antonin Maurel et Martin Meissonnier, contribuent aux côtés de Philippe Decouflé à la réussite de ces cérémonies. L’événement consacre, par ailleurs, l’expression « decoufleries » désignant cet art singulier de la rencontre entre les mondes du cirque, de l’image et de la danse.
En 1993, Philippe Decouflé signe Petites Pièces Montées où il «rêve de Méliès, de fantasmagorie» et interroge l’espace en se demandant «comment faire entrer et sortir mes danseurs par les cintres, comment les faire surgir du plancher». Il s’attelle ensuite à un court-métrage, Le P’tit Bal, qu’il interprète avec Pascale Houbin, reprenant en fausse langue des signes la chanson de Bourvil C’était Bien. Ce film reçoit de nombreux prix français et internationaux et est encore diffusé aujourd’hui dans plusieurs cinémas, écoles et festivals. Il est choisi comme générique de l’émission «Des mots de minuit» présentée par Philippe Lefait sur la chaîne France 2 depuis 2009.
En 1995, la compagnie s’installe à Saint-Denis, en région parisienne, dans une ancienne usine de chauffage surnommée la Chaufferie où sont désormais réunis plateau artistique, ateliers techniques et bureaux. Ce nouvel espace se transforme peu à peu en un laboratoire où se croisent artistes, concepteurs, techniciens et autres inventeurs. Puis l’imaginaire de Decouflé se tourne à nouveau vers les plantes, volatiles et légumes singuliers de Codex pour créer Decodex, qui va à son tour connaître une longue tournée en France et à l’étranger.
1996 est marquée par une collaboration avec le Japon, avec la mise en scène de la comédie musicale Dora, le chat qui a vécu un million de fois. Decouflé réalise ensuite une importante campagne publicitaire pour FranceTelecom.
La diversité des territoires explorés se confirme en 1997, année pendant laquelle Decouflé orchestre l’art en parade, atelier d’expression artistique pour enfants au centre Georges Pompidou (Paris). Cette année-là, il met également en scène la cérémonie d’ouverture du 50ème anniversaire du Festival international de cinéma de Cannes, avant de revenir à Saint-Denis créer Denise, avant-goût d’un spectacle phare à venir : Shazam !.
En 1998, il réalise un essai cinématographique intitulé Abracadabra, puis met en scène Shazam!, qui sera joué plus de deux cent fois en France et à l’étranger entre 1998 et 2001. 1998 est aussi l’année de Triton et les petites Tritures, recréation sous chapiteau à Saint-Denis du Triton monté en 1990 complété par une série d’entresorts et d’expériences ludiques.
En 1999, Philippe Decouflé signe l’habillage publicitaire de France 2.
En 2001, Shazam! est invité à l’Opéra Garnier. C’est à la faveur de cette série de représentations que le spectacle est filmé et qu’un DVD du même nom voit le jour, aujourd’hui distribué par Naïve Vision.
C’est ensuite le début de l’aventure Cyrk 13, spectacle de cirque issu de la rencontre de Decouflé avec la 13ème promotion du Centre National des Arts du Cirque de Châlons- en-Champagne. Repris dans une nouvelle version l’année suivante, ce spectacle va ensuite tourner en France et en Europe jusqu’en 2003.
En 2003, soucieux de garder la dimension artisanale du travail et désireux de se confronter lui-même à la scène, Philippe Decouflé crée au festival grec à Barcelone, un Solo qu’il chorégraphie et interprète. Cette pièce dont la mise en scène évolue au fil du temps tourne depuis en France et à l’étranger.
Cette même année 2003, poursuivant l’aventure artistique avec le Japon, Philippe Decouflé part avec son équipe en résidence pendant 2 mois à Yokohama, à l’invitation de la Kanagawa Arts Foundation. Le 11 octobre, il ouvre le 10ème festival international des arts de Kanagawa avec la création d’Iris.
En 2004, IIris, nouvelle version d’Iris, repart en tournée nationale et internationale. ce projet est l’occasion pour Philippe Decouflé de réaliser un film en deux parties intitulé 2iris. La sortie de ce film intervient peu de temps après la sortie de Kaleïdoskop, un DVD retraçant le parcours cinémato-chorégraphique de Philippe Decouflé et de ses complices. 2004 est aussi l’année de Tricodex, nouvelle pièce créée pour les danseurs du Ballet de l’Opéra National de Lyon. Après sa création à Lyon, Tricodex est présenté au Théâtre du Châtelet à Paris avant de partir en tournée dans le monde entier (Bilbao, Pékin, Shanghai, Londres, New York...).
2005 est marquée par la poursuite de la tournée de Solo en Europe et à l’étranger, en Asie et aux Etats-Unis notamment. En septembre 2006, Philippe Decouflé présente au Parc de la Villette L’autre Défilé, un défilé extravagant de costumes de scène de l’Opéra de Paris et de la Comédie-Française, mis en scène pour 120 défilants amateurs. L’événement s’est déroulé sur trois soirées, regroupant plus de 15 000 spectateurs.
Cette même année 2006, Philippe Decouflé crée avec ses complices Olivier Simola, Patrice Besombes, Alexandra Naudet, Sébastien Libolt et Christophe Salengro la pièce Sombrero. Cette pièce chorégraphique pour cinq danseurs, deux comédiens et deux musiciens est marquée par un travail important sur les ombres, et les références cinématographiques y sont nombreuses.
En 2007, Philippe Decouflé concrétise ses recherches initiées en 2006 à l’occasion des Rendez-vous du New Burlesque, et construit avec des interprètes issus de cette mouvance le spectacle Cœurs Croisés. Il y explore les frontières de l’intime et de l’exhibé. Et d’interroger : « Pourquoi diable se déshabille-t-on ? ». Ce spectacle qui a tourné jusqu’au printemps 2010 apporte des réponses imagées.
En septembre 2007, un millier de joyeux défilants formant une grande parade intitulée La Mêlée des Mondes, envahit les rues de Saint-Denis en l’honneur de l’ouverture de la coupe du monde de Rugby.
En 2008, Philippe Decouflé crée une nouvelle version de Sombrero : Sombreros. La tournée de ces deux versions est la plus importante de la compagnie depuis Shazam!, plus de 200 représentations, confirmant le succès de ses productions.
En 2009, Philippe Decouflé est invité à mettre en scène le nouveau spectacle du Crazy Horse : Désirs. Il crée de nouveaux numéros pour le spectacle en repensant quelques numéros historiques pour une harmonisation globale.
En octobre 2010, Philippe Decouflé crée Octopus avec une équipe renouvelée, au Théâtre National de Bretagne dont il est artiste associé. Cette pièce pour 8 danseurs et deux musiciens est construite suivant une succession de tableaux relativement courts mise en musique par Nosfell et Pierre Le Bourgeois. La beauté et la laideur, la passion et la jalousie, ou encore la sensualité en sont autant de sources d’inspirations.
La Compagnie DCA développe en outre un projet d’installation ludiques et interactives autour du thème de l’optique pour une exposition à mi-chemin entre l’art contemporain et l’entresort forain, qui débutera en juin 2012 sous le nom d’Opticon.
En 2011, et parallèlement aux activités de la compagnie DCA, Philippe Decouflé répond à l’invitation du Cirque du Soleil en créant Iris, spectacle permanent sur le le theme du Cinéma, au Kodak Theater de Los Angeles (USA). A cette occasion il retrouve des collaborateurs de longue date : Pascale Henrot, Philippe Guillotel, Jean Rabasse, Olivier Simola, Patrice Besombes, Christophe Waksmann et travaille avec Danny Elfman, compositeur fétiche de Tim Burton.

En 2012, avec Panorama il revisite l’ensemble de son travail avec la compagnie, de Vague Café (1983) à Sombrero (2006).
La même année est créé le projet Opticon, exposition d’installations ludiques et interactives autour de l’optique, à mi-chemin entre l’art contemporain et l’entresort forain.
Opticon, Panorama , le solo sont les pierres angulaires d’une monographie consacrée à la Compagnie DCA , présentées à la Grande Halle de la Villette pendant six semaines comprenant également des concerts de musiciens proches de la compagnie, ainsi qu’une carte blanche au cinema MK2 Quai de Seine.

En 2013, Philippe Decouflé lance des ateliers de recherches sur Contact (Création 2014). Les pistes de recherches sont présentées au public dans le cadre de performance à Paris (Entrée Interdite au Théâtre de La Cité Internationale) et à Rennes (Beaux-Arts au musée des Beaux-Arts).

En 2014, les tournées de Panorama se poursuivent et de nouveaux projets sont en cours.
La Compagnie DCA / Philippe Decouflé est l’invitée spéciale de l’exposition Micro-Macro. De nouveaux Opticons sont présentés à cette occasion au Festival VIA 2014 à Maubeuge du 13 au 21 mars, au Festival Exit à la Maison des Arts de Créteil du 27 au 13 avril et au Printemps Saint Sauveur à la Gare Saint Sauveur à Lille du 21 mai au 15 septembre.

External Links