Stéphane Delorme

Joined
Paris

User Stats

Profile Images

User Bio

stephanedelorme.com

à propos des courts métrages:

J’ai rempli des kilos de carnets, de textes, de photos, de dessins. Ces films courts sont aussi des collages surréalistes, des témoignages spontanés sur la solitude, l’absurdité ou le sentiment amoureux... Faire ces films sont des extensions de mes journaux intimes que j’ai commencé à écrire dès 1996, de façon constante jusqu'à aujourd'hui.

Si raconter des histoires précises n'est pas toujours une nécessité dans mon travail, ces recherches, parfois ludiques sur la forme, raconte autre chose... Je reprendrais à mon compte la phrase de Victor Hugo :
« La forme c’est le fond qui remonte à la surface »
Et si tout ça n’est pas très clair, ce n’est pas bien grave pourvu que ce soit drôle.

.

BIO

Né à Flers de l'Orne, j'ai grandis à Falaise en Normandie, d’un père dessinateur industriel, Geek avant l'heure, notamment, inventeur de jouets chez Heller et d’une mère veilleuse de nuit et aide-soignante.

Je me passionnais très jeune pour le cinéma et par extension, la chimie.

Adolescent, j'organisais des projections pour deux ou cinq francs, écumant ainsi les vidéoclubs et par ailleurs, les pharmacies où je me fournissais en alun de potassium et sulfate de cuivre pour créer des cristaux et constituer un petit trésor de minéraux.

Je mis un terme à mon cursus scolaire pour cause d’ennui majeur, programme inapproprié, orientation hasardeuse. À dix sept ans je partais m'investir bénévolement comme responsable-pyrotechnique d'un spectacle Son & Lumière sur la vie de Guillaume Le Conquérant, puis comme comédien et cascadeur sur un court métrage fantastique, avant de suivre une formation de sérigraphe et graveur dans un atelier de Caen.

Avec une joie contenue je fus incorporé dans une Ecole de Défense Nucléaire Biologique et Chimique de l’Armée de Terre. Après avoir survécu à des joggings-masque-à-gaz aux aurores, je fus affecté dans une cellule audiovisuelle où je montais des films de formations préventives aux attaques nucléaires & chimiques (Première guerre du Golf) et opérateur photo.
Je rejoins ensuite l'équipe d'enseignants du lycée Louis Liard, comme responsable audiovisuel pendant une année.

Si mon intérêt pour la chimie se dissipait, ma passion grandissante pour le cinéma fit de moi un cinéphile averti.

Projectionniste dans un cinéma de province pendant plus d'un an, j'intégrais en 1995 le secteur hospitalier. Sur cinq années je travaillais très régulièrement comme brancardier aux urgences, aide-soignant dans divers services de soins intensifs. Cette expérience me permit de financer une partie de mes études d’Arts Plastiques aux Beaux-Arts pendant ces 5 années.

C’est en 2000 que je m'installais à Paris, après avoir écrit "13 jours à blanc", publié aux Éditions Le Pli. Un livre sous forme de journal que j'écrivis sur la solitude institutionnalisée, ouvrage issue de mon expérience en milieu hospitalier. Ce livre sera suivi du court métrage "Un sang d’encre", librement adapté du livre de Fritz Zorn, "Mars", et d’une vingtaine d’autres films courts auto-produits.

Aujourd’hui, mes activités se partagent entre celles de réalisateur, JRI, monteur de films institutionnels, les développements de projets de fictions, documentaires, courts métrages, portraits, clips, films expérimentaux, photographies.

J'ai co-réalisé avec Emmanuel Mauro le documentaire "Rapanui, l'histoire cachée de l'île de Pâques", co-produit par France Télévision & Drôle de Trame et diffusé sur France Ô en janvier 2015.

Stéphane Delorme © Tous droits réservés

External Links

Following

  1. Sergio M. Rapu
  2. Clément Beraud
  3. Drôle de trame
  4. julie savoye
  5. Multiversidad Real Edgar Morin
  6. Max Richter
  7. Ab Joy Productions
  8. Pascal Baes
  9. Paris-sous-Grez
  10. Ian Ruschel
  11. Le Fresnoy
  12. RYOICHI KUROKAWA
  13. Tiane Doan na Champassak
  14. sam spreckley
  15. mikrokosm recording studios
  16. RE:VOIR
  17. Jean-Gabriel Périot
  18. FareWell Poetry

+ See all 27